Révolutionnaire

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

"Ce qu'on appelle la Révolution, c'est une grande et universelle révolte de la société contre Notre Seigneur JESUS-CHRIST et contre Son Eglise.

"C'est un ensemble de soit-disant principes, d'idées et de systèmes, mis en avant au siècle dernier par Voltaire, Rousseau et quelques autres impies, afin de déchristianiser la société. Voilà ce qu'est la Révolution, ni plus ni moins.

  • "C'est la guerre à l'Eglise, érigée en principe;
  • c'est la guerre à toutes les isntitutions sociales de l'Eglise, et par conséquent à la monarchie chrétienne, telle que l'Eglise l'avait donnée au monde sur les ruines du césarisme païen et de l'esclavage.

"Un révolutionnaire est donc un homme qui adopte ces principes et ces idées détestables, qui se laisse attraper par les illusions de ces systèmes comme par les dents d'un engrenage. Il peut n'être pas méchant homme, un rouge, comme on dit; mais, qu'il le sache ou non, qu'il le veuille ou qu'il ne le veuille pas, il est un révolutionnaire, un homme à principes faux, à principes anticatholiques; il est soldat de la Révolution; il est dans les camp des ennemis mortels de JESUS-CHRIST, de l'Eglise et de la foi. Certes, il n'y a pas là de quoi plaisanter, et ilf aut y regarder de plus près.

"Il y a des révolutionnaires dans tous les rangs de la société; il y en a beaucoup parmi les hommes d'Etat, dans les Chambres, dans les palais et jusque sur les trônes. Plus ils sont haut placés, plus ils sont dangereux.

"Que la Révolution soit ennemie acharnée du Pape, personne ne songe à le nier; c'est non-seulement évident et hautement avoué, mais de plus c'est nécessaire: la Révolution repousse le Pape et l'Eglise, comme la nuit repousse le soleil et la lumière; et réciproquement, le Pape repousse la Révolution, comme le jour repousse et combat la nuit.

"[...] Si nous ne voulons pas apostasier notre baptême, notre foi, notre DIEU; si nous voulons sauver notre âme et contribuer à sauver la France et le monde, soyons de vrais catholiques, et détestons de toutes nos forces, repoussons toutes ces idées malsaines et mortelles que la Révolution sème à pleines mains dans tous les rangs de la société.

"Elle les sème au nom de la politique, par l'organe de la plupart des gouvernements modernes, qui ont perdu la foi. Elle les sème au nom sacré de "La Loi", qu'elle fait ainsi servir au mal et à l'injustice. Elles les sème par la presse, par des milliers de journaux, par des millions de romans, de pamphlets et de mauvais livres, qui infiltrent les principes révolutionnaires dans les campagnes comme dans les villes, chez les pauvres comme chez les riches, dans les ateliers, dans les chaumières comme dans les palais et dans les académies... Elle en infecte notre jeunesse par des systèmes d'"enseignement" et d'"éducation" sans religion. Elle pénètre partout; elle veut tout envahir!

"Parfois même elle s'affluble du masque de Religion; elle dit qu'elle est chrétienne! qu'elle aime et vénère la morale de l'Evangile et qu'elle n'attaque l'Eglise et le sacerdoce que pour supprimer les abus et donner aux peuples une religion pure. C'est entre'autres le jargon des Loges maçonniques, institution essentiellement anti-catholique (voir franc-maçonnerie), et qui cache son véritable esprit sous des apparences de bienfaisance et de fraternité..."

(Mgr Gaume, Le Pape est infaillible.)