Voltaire

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

Voltaire.JPG

Voltaire (1694-1778).

François Marie Arouet, dit Voltaire, anticlérical fanatique à l'origine du cri de tous les ennemis de Dieu: "Ecrasons l'infame!".

Il fut pourtant élevé chez les Jésuites du collège Louis-le-Grand et y acquit une grande maîtrise de la rhétorique, le goût du théâtre et de l'histoire.

"Voltaire était encore simple étudiant de Rhétorique au Collège Louis-le-Grand, & déjà il avait mérité de s'entendre dire par le Jésuite Le jay, son professeur: Malheureux! Tu seras le Porte-étendard de l'impiété (Vie de Voltaire, édit. de Kell, & Dict. hist. de Feller). Jamais oracle ne fut accompli plus littéralement" (Augustin Barruel, Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme, chez P. Fauche, tome I, 1898, p. 3).

La fin minable du chef des impies racontée par Mgr de Ségur

"Voltaire lui-même, malade à Paris, fit appeler le curé de Saint-Sulpice un mois environ avant sa mort. - Le danger passa, et, avec le danger, la crainte de Dieu... Mais une seconde crise survint; les amis de l'impie accoururent..... Son médecin, témoin oculaire, nous atteste, que Voltaire réclama de nouveau les secours de la Religion... mais cette fois ce fut en vain; on ne laissa point de prêtre pénétrer jusqu'au moribond, lequel expira dans un hideux désespoir.

"D'Alembert voulut également se confesser; et il en fut empêché, comme l'avait été son maître, par les philosophes qui entouraient son lit. - "Si nous n'eussions été là, disait l'un d'eux, il eût fait le plongeon comme les autres!

"Quand à Rousseau, il mourut fou, et dit-on, se suicida"

"Quelle valeur morale ont ces hommes et que prouve leur irréligion, surtout si vous leur opposez la foi, la piété des plus grands savants, des plus porfonds génies, des hommes les plus vénérables qui aient paru sur la terre?

"La foi notez-le bien, leur imposait, comme à tous les hommes, des contraintes désagréables, des devoirs assujettissants. L'évidence seule de la vérité du Christianisme a pu forcer leur adhésion" (Mgr de Ségur, Réponses courtes et familières aux objections les plus répandues contre la religion, Paris J. Lecoffre, 1851, p. 43-44)