Progrès

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

Terme dénaturé par l'idéologie humaniste, révolutionnaire et droit-de-l'hommiste, qui en a retourné le sens pour lui donner l'acception d'une émancipation de l'homme de l' "obscurantisme" de la Religion et en particulier de la religion catholique. Voilà le progrès judéo-maçonnique.

Voir franc-maçonnerie et révolutionnaire issu des dites Lumières et qui a engendré laïcisme, (fausse) laïcité, (fausse) liberté religieuse, etc.



Les francs-maçons "ne parlent que de leur zèle pour les progrès de la civilisation, de leur amour pour le pauvre peuple" (Léon XIII)

"Leur grand intérêt étant de ne pas paraître ce qu'ils sont, ils jouent le personnage d'amis des lettres ou de philosophes réunis ensemble pour cultiver les sciences. Ils ne parlent que de leur zèle pour les progrès de la civilisation, de leur amour pour le pauvre peuple. A les en croire, leur seul but est d'améliorer le sort de la multitude et d'étendre à un plus grand nombre d'hommes les avantages de la société civile."

Des sentences de mort, pour les violateurs du secret, qui échappe à la justice établie" (Léon XIII, Humanum genus, 1884.)

"En effet, ceux qui sont affiliés doivent promettre d'obéir aveuglément et sans discussion aux injonctions des chefs, de se tenir toujours prêts sur la moindre notification, sur le plus léger signe, à exécuter les ordres donnés, se vouant d'avance, en cas contraire, aux traitements les plus rigoureux et même à la mort. De fait, il n'est pas rare que la peine du dernier supplice soit infligée à ceux d'entre eux qui sont convaincus, soit d'avoir livré la discipline secrète, soit d'avoir résisté aux ordres des chefs; et cela se pratique avec une telle dextérité que,la plupart du temps, l'exécuteur de ces sentences de mort échappe à la justice établie pour veiller sur les crimes et en tirer vengeance. Or, vivre dans la dissimulation et vouloir être enveloppé de ténèbres; enchaîner à soi par les liens les plus étroits et sans leur avoir préalablement fait connaître à quoi ils s'engagent, des hommes réduits ainsi à l'état d'esclaves; employer à toutes sortes d'attentats ces instruments passifs d'une volonté étrangère; armer pour le meurtre des mains à l'aide desquelles on s'assure l'impunité du crime, ce sont là de monstrueuses pratiques condamnées par la nature elle-même. La raison et la vérité suffisent donc à prouver que la Société dont Nous parlons est en opposition formelle avec la justice et la moralité naturelles." (Léon XIII, Lettre encyclique Humanum genus, 1884 [2]



Passage de Mgr Gaume sur le vrai PROGRES

"Il est écrit que le Fils unique de Dieu croissait en âge et en sagesse devant Dieu et devant les hommes; ainsi le chrétien son frère doit suivre le même progrès. Dans la plan divin, le développement de la vie de la grâce doit aller, de degrés en degrés, s'épanouir dans la vie de la gloire : Gratia inchoatio gloriae. Là même elle ne s'arrêtera point. Au contraire, elle montera incessamment, de perfections en perfections, de félicités en félicités, pendant les siècles des siècles." (Mgr Gaume, Traité du Saint-Esprit, 1865, troisième édition, Gaume et Cie Editeurs, 3 rue de l'Abbaye, tome II, Paris 1890, p. 284.)



Mot de Leibnitz sur le vrai progrès du bonheur humain

Leibnitz exprimait déjà ce voeu il y a deux siècles: "Si nous étions assez heureux pour qu'un grand monarque voulût prendre à coeur les intérêts de la Religion, pour rapporter toutes les découvertes présentes et futures à la louange du Maître suprême de l'Univers et à l'accroissement de l'amour divin, qui ne saurait être sincère en nous sans renfermer aussi la charité envers les hommes, on avancerait plus en dix ans pour la gloire de Dieu et le bonheur humain qu'on ne fera autrement en plusieurs siècles..."

(Leibnitz cité in Mgr Delassus, L'esprit familial, dans la famille, dans la cité et dans l'Etat, Société Saint-Augustin, Desclée De Brouwer, Lille 1910, réédité aux ESR, p. 236.)