Laïcisme

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher
  • "Lorsque,... on parle de l' 'esprit de ce monde' (I Cor. II, 12), on se réfère à tout ce qui dans le monde détourne l'homme de Dieu: aujourd'hui, nous pourrions le résumer dans le concept de sécularisation laïciste" (Jean-Paul II, Mémoire et identité, Le testament politique et spirituel du pape, Flammarion, Mayenne 2005, p. 143).


"UN DOGME IMPOSE PAR UN CLERGE CACHE" (Abbé Augustin Aubry)

"Le laïcisme, c'est la NEGATION de Dieu, c'est la cause première de l'anarchie intellectuelle, morale et sociale dans laquelle sombrent la grandeur et la vie même d'un pays.

"C'est la lutte entre le Contrat social et l' Evangile', entre l'Eglise et la Révolution.

"De l'aveu même des ennemis de l'Eglise, le laïcisme instaure, substitue à l'ancien, un culte nouveau: le culte de la raison et de l'humanité. Les mots raison et Humanité y sont compris dans un sens religieux, ni rationnel ni humain, dans une acception mystérieuse qui compose un DOGME - un dogme très arrêté, un dogme caché, professé, pratiqué, imposé par un clergé caché - la franc-maçonnerie -; un dogme qui, par un attrait malsain et vicieux, attire, à la suite des Lammenais, des Loyson, des Loisy, des Renan, des Combes et de tant d'autres, tous les faillis de la foi (catholique), jusqu'aux protagonistes du modernisme (condamné par les papes); - un dogme qui est la synthèse des rancunes vouées à l'Eglise par la Secte; - un dogme en désaccord avec toutes les données de la philosophie et du bon sens, en contradiction éclatante avec toutes les coutumes, toutes les traditions, tous les intérêts religieux, moraux, sociaux et matériels de la nation. L'enseignement des Ecoles de l'Etat, mis au service de ce culte, professe donc une doctrine dirigée contre les intérêts proches et lointains de la France catholique.

(Abbé Augustin Aubry, Contre le modernisme, Etude de la Tradition, le sens catholique et l'esprit des Pères, Pierre Tequi Editeur, Gand 1927, réédité aux ESR,p . 32-33.)

Condamné par les Cardinaux et les Archevêques de France dans leur déclaration du 10 mars 1925

"C'est là une vérité si frappante, et une réalité si tangible que, dans un acte solennel, que trop de catholiques - toujours critiques à l'égard de leurs Pères dans la foi - osent considérer comme un geste intempestif, mais qui était nécessaire et urgent, les Cardinaux et les Archevêques de France - dans leur déclaration du 10 mars 1925 - ont condamné solennellement ce laïcisme, et déclaré injustes, inacceptables, les lois qui l'incarnent "comme contraires aux droits formels de DIEU. Elles produisent l'athéisme et y conduisent dans l'ordre individuel, familial, social, politique, national et international. Elles supposent la méconnaissance totale de Notre Seigneur Jésus-Christ et de son Evangile; elles tendent à substituer au vrai Dieu, des idoles - la liberté, la solidarité, l' humanité, la science - à déchristianiser toutes les vies et toutes les institutions."

(Abbé Augustin Aubry, Contre le modernisme, Etude de la Tradition, le sens catholique et l'esprit des Pères, Pierre Tequi Editeur, Gand 1927, réédité aux ESR,p . 32-33.)


Des lois de tyrannie et d'exception

"Ceux qui ont inauguré ce règne du laïcisme - continuent les cardinaux - ceux qui l'ont affermi, étendu, imposé, n'ont pas d'autre but. De fait, c'est là l'oeuvre de l'impiété, qui est l'expression de la plus coupable des injustices, comme la religion est l'expression de la plus haute justice." - Car les lois humaines, si elles ne sont en parfaite conformité avec led roit et la justice et, par conséquent avec Dieu, sont des lois de tyrannie et d'exception."

(Abbé Augustin Aubry, Contre le modernisme, Etude de la Tradition, le sens catholique et l'esprit des Pères, Pierre Tequi Editeur, Gand 1927, réédité aux ESR,p . 34.)


L' admirable leçon de catéchisme des Cardinaux et des Archevêques a opposé un non possumus aux théories du modernisme dégénéré en pratiques subversives

"L'admirable leçon de catéchisme des Cardinaux et des Archevêques - comme la définit si justement le cardinal Dubois - a opposé un non possumus, aux théories du modernisme dégénéré en pratiques subversives."

(Abbé Augustin Aubry, Contre le modernisme, Etude de la Tradition, le sens catholique et l'esprit des Pères, Pierre Tequi Editeur, Gand 1927, réédité aux ESR,p . 36.)

CONDAMNE PAR LES PAPES