Guy de Lusignan

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

Guy de Lusignan.JPG

Guy de Lusignan, Kingdom of Heaven, film de Ridley Scott 2005

Guy de Lusignan, "le futur fossoyeur de l'Etat franc" (René Groussert)

Guy de Lusignan (1159-1194†), roi de Jérusalem (1186-1192), puis roi à Chypre (1192-1194), fils de Hugues VIII le Vieux, seigneur de Lusignan et comte de la Marche, et de Bourgogne de Rançon.

C'est un personnage dépourvu de tout sens politique. Le poète Ambroise le surnommait sa simplesse Guy de Lusignan.

Il épousa en 1186 Sibylle, sœur du roi Baudouin IV de Jérusalem, qui le fit comte de Jaffa, mais lui retira bientôt en constatant sa médiocrité.

"Les derniers mois du règne de Baudouin IV faillirent voir éclater sous le regard de l'ennemi une guerre civile. On a montré la conduite du roi envers Guy de Lusignan. Depuis qu'il avait pénétré l'incapacité de son beau-frère et discerné quel péril constituait pour la chrétienté le futur fossoyeur de l'Etat franc,, son indulgence pour Guy s'était transformée en une clairvoyante aversion. Non seulement il l'avait cassé comme "bayle", mais il cherchait à faire annuler le mariage de Sibylle. guy profita d'une absence de Baudouin pour courir à Jérusalem où était resté Sibylle, et la ramener avec lui avant le retour du roi. Réfugié ensuite avec elle dans son fief de Jaffa-Ascalon, il refusa d'obtempérer aux ordres du roi qui le sommait de comparaître. Ce fut alors la lutte ouverte. le roi marcha sur Ascalon et trouva les portes fermées, mais il réussit à se saisir de Jaffa. Après quoi, il réunit un "parlement" à Saint-Jean-d'Acre pour en finir avec le rebelle. Le patriarche Héraclius et le grand maître du Temple essayèrent en vain d'intercéder en faveur de ce dernier. Guy méritait d'autant moins le pardon qu'il venait de se rendre coupable d'une action abominable. Au voisinage d'Ascalon nomadisaient des bédouins, tributaires et cleints du roi. Ils y faisaient paître leurs troupeaux en toute confiance lorsque, pour porter préjudice au souverain, Guy se jeta sur eux et les massacra.

"La colère de Baudouin IV devant cet acte de félonie fut terrible. Ce fut alors qu'il acheva de confier tout le pouvoir au comte Raymond III de Tripoli, l'ennemi de Lusignan (1185). Du reste, les évènements se précipitaient. Le roi lépreux s'était alité pour ne plus se relever. il fit appeler les grands vassaux et leurs réitéra sa volonté de laisser la régence au comte jusqu'à la majorité de Baudouin V" (René Grousset, L'Epopée des Croisades, Éditions Perrin, Mesnil-sur-l'Estrée 2000, p. 188-189).

A la mort de son beau-fils Baudouinet, Sybille fut sacrée reine de Jérusalem et associa au trône le félon Guy de Lusignan, malgré l'opposition d'un certain nombre de barons. Ce dernier dut rapidement faire face à Saladin qui avait décidé d'en finir avec les brigandages de Renaud de Châtillon. L'ost se porta à la rencontre de l'armée de Saladin et la confrontation eut lieu à Bataille d' Hattin (1187). L'armée fut vaincue, et Guy prisonnier.

Après avoir conquis la plus grande partie du royaume de Jérusalem, n'ayant échoué que face à Tyr défendue par Conrad de Montferrat, Saladin libéra Guy pour que sa médiocrité neutralise la résistance et l'organisation de Conrad, mais ce dernier refusa d'ouvrir les portes de la ville devant Guy de Lusignan. Guy entreprit d'assiéger Acre, qui ne fut prise qu'au bout de deux ans avec l'aide de la troisième croisade menée par Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion. Les barons préférant comme roi Conrad de Montferrat, Richard Cœur de Lion donna Chypre à Guy de Lusignan. Il y mourut deux ans plus tard. Sa dynastie devait régner sur l'île jusqu'en 1489.