Danton

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

Danton.JPG

Danton, Georges (1759-1794), membre du club des Jacobins.

En butte à l’hostilité des Girondins qui dénoncaient sa vénalité, il s’orienta vers la gauche montagnarde.

Il vota la mort du Roi Louis XVI en janvier 1793? participa à la création du tribunal révolutionnaire (mars 1793), qu’il présida à partir de juillet, puis entra dans le Comité de salut public, organe exécutif de la Ière République (avril 1793).

Ses coreligionnaires Jacobins, ils lui reprochent son image de bon vivant enclin à s’enrichir — un travers contraire à l’idéalisation de la "vertu" révolutionnaire. Suspect, il est déchu de la direction du Comité au profit de Robespierre (10 juillet 1793). Suspect encore d'être favorable à la République bourgeoise, voire à une monarchie constitutionnelle — contrairement à l’idéal d’une République égalitaire prônée notamment par Robespierre, Babeuf et Saint-Just: à l’automne 1793, il se consacra à dénoncer les champions de la Terreur, enragés et hébertistes (partisans d’Hébert) et s’élèva notamment contre leur politique de déchristianisation. La rupture des dantonistes avec les Jacobins est consommée à la fin de l’année 1793.

Le 30 mars 1794, Danton fut arrêté avec Desmoulins et Fabre d’Églantine, sous le prétexte d’être un ennemi de la République. Jugé par le tribunal révolutionnaire à partir d’un acte d’accusation préparé par Saint-Just, sans pouvoir présenter sa défense, il fut condamné à mort et guillotiné le 5 avril 1794.