Laïcité ouverte

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

Dernière trouvaille maçonnique: la laïcisation en douceur

Peut-on renier son âme?

Dernière trouvaille maçonnique, la laïcité ouverte, type de laïcité nouveau et moins agressif que le premier, préconise une laïcité "apaisée" (Sarkozy), pour que chacun puisse vivre sa foi en pouvant participer "librement" à la construction de la société démocratique. C'est le credo de Sarkozy, mais aussi de l'ex président de la Commission européenne, Romano prodi, actuel chef de l'opposition en Italie, qui "regrette l'absence de références aux racines chrétiennes dans la nouvelle Constitution européenne.

"La demande commune à toutes les Églises d'une reconnaissance explicite dans le préambule de la Constitution du rôle historique du christianisme n'a pas été acceptée. Je pense que cet aspect représente vraiment un maillon manquant", écrit M. Prodi dans une lettre adressée à "La Repubblica".

"Les religions présentes historiquement en Europe, en particulier le christianisme (...) peuvent apporter une contribution essentielle en tant que facteurs d'intégration et de fraternité, éléments culturels qui dépassent et transcendent la signification ethnique des patries et contribuer ainsi à une nouvelle saison de l'européisme et à la vocation universelle de l'Europe", écrit M. Prodi.

Tout en soulignant la nécessité du "plein respect de la laïcité" [c'est la phrase importante: on nage toujours dans le concept de l'Etat divinisé, Tout-Puissant, inféodant toutes les religions sous sa tutelle], M. Prodi relève qu'"une Europe qui renierait son propre passé, qui renierait le fait religieux et ne tiendrait pas compte de la dimension spirituelle, serait fortement diminuée par rapport au projet ambitieux qui mobilise toutes ses énergies: construire l'Europe de tous".

Le "non" péremptoire des Français et des Néerlandais à la Constitution, qui entraîne plus qu'un blocage pour l'Europe, fait sans doute réfléchir plus d'un politiciens, estiment en effet certains observateurs. (source : apic - information : La Repubblica)

Source: site d'information de la Conférence des Evêques de France

Quand les catholiques étaient hors la loi

Il faut rappeler que dans ce pays, des années 1880 à 1914, les catholiques, cependant largement majoritaires, étaient mis hors la loi dans leur propre pays par une minorité fanatique d'anticléricaux (Voir Jean Sévillia, Quand les catholiques étaient hors la loi, Perrin, 2005).

Après avoir persécuté la Religion, ils vont maintenant nous demander d'accepter la mise au même niveau de l'Eglise avec les faux cultes, considérés comme autant de vénérables traditions religieuses à respecter... La tutelle maçonnique se fait plus discrète mais c'est bien l'Etat occulte qui dirige toutes ces religions inféodées à la Secte.