Soboul

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

Albert Soboul (1914-1982), historien communiste et jacobin qui donna de la Révolution française, une explication toute marxiste. Il accède à la chaire de l’Institut d’histoire de la Révolution française en 1967. François Furet nous donne cette indication sur ce communiste: Albert Soboul est un "historien de tradition jacobine..." (Sur le jacobinisme voir Augustin Barruel, Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme, 1798).

Disciple de Georges Lefebvre, Soboul met l’accent sur l’idée de rupture (contre la notion de bloc de Clémenceau). Jusque-là, pour les communistes, il ne fallait pas parler de la Révolution que comme d'un bloc. La terreur tout au plus fut un (malheureux) "dérapage" (Furet),... une "rupture", selon Soboul...

C'est François Furet et Denis Richet qui ont avancé cette thèse du dérapage sur les bases d’une monarchie constitutionnelle, la Révolution aurait dérapé à partir de 1791 et se serait radicalisée dans un contexte de guerre civile et étrangère (alors que c'est bien la Convention qui a déclaré la guerre à l'Europe..., et ceci dans le but d'asseoir cette révolution...).

Cette interprétation va à l’encontre de ceux qui tiennent fermement la position, autrefois tracée par Clemenceau en janvier 1891, face à ceux qui dénonçaient les violences de la Terreur : "Messieurs, que nous le voulions ou non, la Révolution française est un bloc".

Soboul voit encore dans la Révolution une lutte des classes entre la noblesse et une bourgeoisie ascendante qui constituerait une étape décisive entre féodalité et capitalisme. Qualifiée de "mythique" par Alfred Cobban en 1955, ce schéma explicatif a été remis en cause par l’école anglo-saxonne et certains historiens français pour qui la bourgeoisie dans son acception actuelle n’existe pas...