Jean-Paul Bertaud

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

Professeur émérite en Sorbonne, "spécialiste de l'histoire de la Révolution et de l'Empire". Il a publié une vingtaine d'ouvrages sur cette période.Il est notamment le coauteur avec William Serman de la Nouvelle Histoire militaire de la France (1789-1919), Fayard, 1998.

Sa Révolution française (collection Tempus, La Flèche 2004) constitue l'ouvrage type d'inversion intellectuelle et de subversion révolutionnaire. Le livre regorge de contre-vérités, notamment dans les pages concernant La France à la veille de la révolutionn': il décrit un état de l'Ancien Régime exactement contraire à celui que décrit Frantz Funck-Brentano dans son Ancien régime (1926).

Une mine de contre-vérités historiques

Animé d'un indéniable parti pris pro-révolutionnnaire, l'auteur manque d'objectivité et se perd en d'innombrables allégations mensongères contredites par d'autres historiens. Ainsi par exemple dans sa Révolution française (collection Tempus, La Flèche 2004), il mentionne:

  • une "hausse massive du prix des grains, hausse sans précédent"; une non "hausse du pouvoir d'achat de tous" ( Jean-Paul Bertaud, La Révolution française, collection Tempus, La Flèche 2004, p. 8-9),

cependant que Messance parle de diminution du prix du blé et de progression constante des salaires (Frantz Funck-Brentano, L'Ancien Régime, Les Grandes études Historiques, Librairie Arthème Fayard, Paris 1926, p. 550-551).

  • des "signes d'essoufflements" de l'industrie française, de "troupes de pauvres et d'indigents"; de "temps de crise aussi pour le commerçant, l'industriel ou l'artisan; de "crise. Misère qui jette sur le pavé des rues, des centaines et des milliers de mendiants"; de déclin des profits maritimes et coloniaux à Marseille, Nantes, Bordeaux, Rouen; "Moins de machines modernes, des machines à vapeur en nombre négligeable") (ibid, p. 9) cependant que l'Abbé Barruel, Funck-Brentano, Pierre Gaxotte, René Sédillot disent tout le contraire.

L'auteur professe l'exact inverse des auteurs pré-cités.

  • "Les Français de 1789 ne s'y reconnaissaient plus dans les arcanes de l'administration royale" (ibid, p. 84).

Pourquoi donc firent-ils la fête au Roi en 1790 à la fête de la Fédération? Pourquoi surtout, le peuple autour du nom générique de "Vendéens", s'est-il soulevé?...

  • L'Abbé Barruel serait un auteur qui prêche la violence! (ibid, p. 106).

Alors que le bon abbé Barruel ne prêche pas du tout la violence au contraire, pas une ligne d'appel à la violence dans toute son oeuvre! Mais peut-être que J.P. Bertaud fait-il référence à ce passage qui doit probablement le déranger...: "Je vous le dis avec confiance: la secte est écrasée, & tous les désastres de la Révolution disparaissent..... - Lecteur humain,... souvenez-vous qu'en vous disant: il faut que la secte des Jacobins soit écrasée, ou bien que la société tout entière périsse, j'ai eu soin d'ajouter: écraser une secte n'est pas imiter ses fureurs & l'homicide enthousiasme dont elle anime ses élèves. Souvenez-vous qu'en vous disant: la secte est monstrueuse, je me suis hâté d'ajouter: mais ses disciples ne sont pas tous des monstres. Oui, anéantissez le Jacobin, mais laissez vivre l'homme. La secte est toute entière dans ses opinions; elle n'existe plus, elle est doublement écrasée, quand ses disciples l'abandonnent pour se rendre aux principes de la société. C'était pour arriver aux moyens d'arracher au Jacobinisme ses victimes & pour les rendre à la société, non pour les immoler, que j'ai consacré tant de soins à vous faire connaître les projets & la marche de la secte; & ce sont ces moyens conservateurs que j'applaudis enfin de voir former le résultat de ces Mémoires. Voyez combien les armes que je viens lui opposer diffèrent de celles qu'elle met entre les mains de ses disciples. Les Jacobins sont à l'esprit des peuples une guerre d'illusion, d'erreur & de ténèbres; je veux que vous leur opposiez une guerre de sagesse, de vérité & de lumière. Les Jacobins sont aux Princes, aux Gouvernemens des peuples, une guerre de haine pour les lois & la société; une guerre de rage & de destruction; je veux que vous leur opposiez une guerre de société, d'humanité & de conservation. Les Jacobins sont aux autels, à la Religion des peuples, une guerre d'impiété & de corruption; je veux que vous leur opposiez une guerre de moeurs, de vertus, de conversion" (Augustin Barruel, Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme, P. Fauche Libraire, Hambourg 1799, t. V, p. 285-286).

L'auteur se contredit

  • Il parle d' "une hausse massive, continue du prix des grains, hausse sans précédent" "depuis un demi siècle" ( Jean-Paul Bertaud, La Révolution française, collection Tempus, La Flèche 2004, p. 8), et en même temps de la farine dont "les prix…. S'effondreront, mettant à mal ses finances. Et c'est le cas dans les années qui précèdent 1789" (ibid., p. 9).

Il faudrait donc savoir. S'agit-il d'une hausse du prix des grains ou d'un effondrement ?

Ses œuvres

Liste non exhaustive