Absolutisme

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

L' "absolutisme" n'a jamais existé! (François Bluche)

"Si l'on donne à l'expression « pouvoir absolu » son sens habituel de pouvoir arbitraire et sans limites, un tel pouvoir n'a jamais existé dans la monarchie française.

"Les souverains absolus, on les trouve dans les démocraties républicaines (Robespierre, Lénine), ou impériales (Tibère, Napoléon 1°).

"Le parlement français, sous la III° République est un maître absolu dont le pouvoir, nous l'avons montré, est illimité.

"Mais le pouvoir de nos rois n'est absolu, c'est à dire entier, que dans les limites des attributions royales.

"Louis XIV n’a pas instruit seulement l’héritier de son trône; il a orienté le Grand électeur et Pierre le Grand, Marie-Thérèse d’Autriche et Joseph II, Gustave III de Suède, Catherine de Russie et bien d’autres ; tous les princes et les ministres que l’on dira «éclairés»…

"Dès 1661, Louis XIV a donné au régime français une unité, un style. Il en est résulté presque aussitôt cette monarchie 'absolue' qu’admirent alors les Français, et que tentent d’imiter les rois d’Europe.

"Aujourd’hui ces faits sont trop oubliés" (François Bluche, Louis XIV, Fayard, p. 185- 186).

"Depuis 1789, un enseignement simplificateur a noirci le concept de monarchie absolue" (François Bluche)

"Nos sensibilités échappent malaisément au pouvoir des mots. Or, depuis 1789, un enseignement simplificateur a noirci le concept de monarchie absolue.

"Le XIXè siècle l’a d’ailleurs peu à peu remplacé par l’horrible mot d’'absolutisme', faisant de l’ancien régime un système de l’arbitraire, voire du despotisme ou de la tyrannie...

"La monarchie de Louis XIV devenait rétrospectivement comme le règne du bon plaisir.

"On peut en général retrouver l’origine de chaque légende.

"Depuis Charles VII, les lettres patentes des rois s’achevaient par l’expression : «car tel est notre plaisir». Nos ancêtres à qui le latin n’est pas étranger, lisaient: Placet nobis et volumus (c’est notre volonté réfléchie). Ils voyaient en cette formule la décision délibérée du Roi, non son caprice. De même traduisaient-ils sans hésiter monarchia absoluta par monarchie parfaite .

"Le seul et vrai moyen d’éviter en France les guerres civiles est la puissance absolue du souverain, soutenue avec vigueur, et armée de toutes les forces nécessaires à la faire craindre. Mais absolutus venant du verbe absolvere (délier), les Français du XVIIè siècle savent aussi que monarchia absoluta signifie monarchie sans liens , et non pas sans limites...." (François Bluche, Louis XIV, Fayard, p. 185- 186).