Richard Coeur de Lion

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

Richard Coeur de Lion 1.jpg Richard Ier,Coeur de Lion, dessin du XIVème siècle, provenant d’une chronologie.JPG

Richard, Roi d'Angleterre (1189-1199)


(Oxford, 8 septembre 1157 - Chalus, 6 avril 1199 )

Richard naît en 1157 à Oxford, il est le fils d'Henri II, Roi d'Angleterre et d'Aliénor d'Aquitaine. Il est le deuxième fils de ce mariage ; il est le frère cadet d'Henri, et le frère aîné de Geoffrey, Jeanne et du fameux Jean sans terre.

Il passe la majeure partie de son enfance à la cour de sa mère à Poitiers, où il fréquente poètes et guerriers. A 11 ans il est intronisé duc d'Aquitaine, à Poitiers et au cours d'une cérémonie à la cathédrale de Limoges.

Il entre pour la première fois dans l'histoire en 1173, lorsque avec son frère Geoffroy il est envoyé en France par sa mère pour soutenir la révolte de son frère aîné entré en conflit avec son père. Cette révolte a pour origine la volonté d'Henri II d'offrir un apanage (des terres) à son dernier fils, Jean sans Terre, domaines qu'il souhaitait prendre sur ceux normalement destinés à Henri. Les trois frères se retrouvent en Normandie, et profite du soutien du roi de France Louis VII qui comprend assez vite tout l'intérêt qu'il peut tirer de cette situation... Malgré plusieurs escarmouches en Normandie, et quelques coups d'éclat (la prise de Rouen par Louis VII) les trois frères et leurs alliés sont défaits et doivent faire leur soumission à leur père en 1174 à MontLouis près de Tour. Ce premier conflit est symptomatique des difficultés périodiques entre Henri II et ses fils et plus généralement des normands entre eux et de l'attitude ambivalente et rusée des rois de France, Louis VII et plus tard Philippe Auguste.

En 1183, la mort brutale d'Henri le jeune fait de Richard l'héritier potentiel de la couronne d'Angleterre. Ce nouveau statut va engendrer un nouveau conflit entre Henri II et son fils Richard, le premier tardant notamment à reconnaître le second comme son successeur naturel.

Entre 1187 et 1189 on verra s'affronter les deux hommes, Richard bénéficiant à cette occasion du soutien de Philippe Auguste; Richard ayant dans ce but reconnu ce dernier comme suzerain pour l'ensemble de ses possessions continentales. Henri II finira par s'incliner et usé il s'éteindra en 1189.

Richard est alors intronisé duc de Normandie le 25 avril 1189 dans la cathédrale de Rouen, puis Roi d'Angleterre le 3 septembre 1189 à Westminster. Richard Ier et Philippe-Auguste encore amis se rencontrent une nouvelle fois à Saint-Rémy-sur-Avre, ils concluent un accord de non-agression visant à protéger leurs capitales respectives Rouen et Paris, pendant leur absence commune. En effet, ils sont contraints tous les deux par une promesse au Saint-Siège de mener la troisième croisade pour reprendre Jérusalem tombé aux mains de Saladin.

Ils s'embarquent tous les deux en 1190 et malgré leur bonne entente précédente un certain antagonisme apparaît assez vite entre les deux hommes et se fera de plus en plus évident lors notamment de l'hiver 1191 à Messine. De plus, la croisade met en évidence les différences de personnalités des deux rois, Richard se révèle un excellent chef militaire et un guerrier courageux (ce qui lui vaudra son surnom de «lion» ), alors que Philippe-Auguste bien moins à l'aise sur les champs de bataille est un bon organisateur et négociateur. Après la prise de Saint-Jean d'Acre le 31 juillet 1191, Philippe-Auguste décide de rentrer en France, décision contenant peut-être quelques arrières pensées concernant le sort de la Normandie. Richard restera encore quelques temps au moyen orient, ou il mènera son armée lors des victoires d'Arsouf et l'année suivante de Jaffa. Il signera alors une traite avec Saladin en septembre 1192 (lequel mourut l'année suivante), et décidera de rentrer en Normandie à ce moment.

Pendant cette période il aura quand même le temps d'épouser le 12 mai 1191 à Chypre, Bérangère, la fille du roi de Navarre.

Malheureusement pour Richard, lors de son voyage de retour, il est fait prisonnier en décembre 1192 par le duc Léopold d'Autriche. Cette nouvelle se répandant Jean sans terre et Philippe-Auguste fourbissent leurs armes et pensent chacun à la Normandie (l'Angleterre ayant été laissé à la charge d'Aliénor), ils entreprennent même conjointement des actions diplomatiques visant maintenir Richard en captivité. En 1193 Philippe-Auguste entame des opérations militaires en Normandie et prend notamment les villes d'Eu, d'Aumale, de Lyons-la-Forêt En 1194, il containt même Jean sans terre à lui céder une grande partie de la Normandie, mais il se heurte cependant à la résistance des habitants normands. Pendant ce temps, Richard doit son salut à sa mère, qui réussit à faire parvenir à son geôlier l'énorme récompense exigée pour sa libération, soit environ une trentaine de tonnes d'argent. Richard revient alors immédiatement en Angleterre avec l'intention de remettre au plus tôt de l'ordre dans son royaume et en particulier dans sa plus riche province: la Normandie. Il débarque le 12 mai à Barfleur et reprend sans trop de difficulté l'ensemble de son territoire aidé en cela par la population qui lui est dans sa très grande majorité restée favorable.

Une guerre avec Philippe Auguste parait inévitable et elle durera pendant plusieurs années, faite d'incursions diverses et de batailles aux frontières qui tourneront toujours à l'avantage de Richard. C'est pendant cette période qu'il fait édifier la forteresse de château Gaillard (Les Andelys) en 1198, château qu'il considère comme sa "fille", et auquel il incorpora les améliorations amenées des croisades.


Château Gaillard.jpg

Chateau-Gaillard, forteresse construite par Richard Coeur de Lion.


Richard meurt le 6 avril 1199 lors d'un siège dans le Limousin. Son coeur est enterré à sa demande dans la crypte de la cathédrale de Rouen.

A sa mort il laisse une grande réputation de guerrier et un royaume hérité de son père encore intact. Son absence de descendant, la maladresse de ses successeurs et l'habileté de ses adversaires auront bientôt raison de la Normandie.