Discussion:Les cathares

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

Dieu sait si le mot attribué au légat du Pape lors du siège de Béziers ("Tuez les tous, Dieu reconnaitra les siens") a été exploité au delà de toute retenue par les adversaires de l'Église. Et pourtant ce mot ne fut JAMAIS prononcé:

Sur ce fameux mot du Légat du pape "tuez les tous..." nous ne possédons que la citation de Césaire de Heisterbach, cistercien allemand qui le rapporte 60 ans après les évènements auxquels il n'a JAMAIS participé. Les relations de ceux qui furent au siège, eux témoins oculaires ou écrivains contemporains,Pierre de Vaux de Cernay,Guillaume de Puylaurens,Guillaume de Tudèle, ne rapportent rien de tel ni ne l'évoquent pas plus que les chroniques et chartes de l'époque. D'ailleurs ce mot n'a PAS PU ÊTRE PRONONCÉ: comme l'explique Michel Roquebert, pourtant hostile à la croisade, dans son œuvre copieuse "l'Épopée cathare" tome 1, la ville fut prise par surprise par les ribauds et les piétons, sans les chevaliers, après une provocation des assiégés qui se retourna contre eux et alors que les chefs de la croisade et le Légat délibéraient sur la tactique de l'assaut et le sort à réserver à la ville. Ils furent donc les premiers surpris de l'entrée d'une partie de leur troupe dans Béziers. Une fois l'invasion acquise les atroces lois de la guerre -qui n'ont pas fait de grands progrès depuis- menèrent au massacre, particulièrement dans l'Église de la Madeleine (qui ne pouvait contenir plus de 2000 personnes).On peut citer un historien (Jacques Berlioz, auteur de "Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens" Loubatières, 1996) qui évalue la population d'alors à Béziers à 7000 personnes environ; le colloque de Béziers en 2006 parle de 10 000 personnes. Quoi qu'il en soit les chiffres habituels de 10 à 20 000 tués ne pouvaient être réels. De plus Béziers se remit très vite du siège et devint en quelques années une ville active et opulente sous le sceptre des Capétiens; il n'aurait pu en être ainsi si toute la population avait été  anéantie.