Sieyès

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

Sieyès.JPG Sieyès - gravure d\'Allais & Sergent.JPG

Emmanuel Joseph Sieyès (1748 - 1836) dit l'"abbé Sieyès". L'abbé était franc-maçon, un apostat doublé d'un régicide... Il fut un des membres fondateurs du club des "Jacobins" durant la révolution.

Il rédigea avec Mirabeau le serment du Jeu de paume (20 juin 1789), jette les bases de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Il se déclara pour la Constitution civile du clergé, mais refusa sa nomination comme évêque constitutionnel.

Le traître apostat vota la mort de Louis XVI. Directeur, il "disait à qui voulait l'entendre qu'il «cherchait un sabre» capable de régénérer le régime républicain, au besoin par la force... (Source: herodote.net [1]).

Le retour d'Égypte du général Napoléon Bonaparte lui offre l'occasion qu'il cherchait. Sieyès voit en ce jeune général couvert de gloire le dictateur de salut public dont la République française a besoin pour éviter le retour de Louis XVIII et de l'Ancien Régime.[2]

Après la Restauration, il est proscrit pour avoir voté la mort du Roi. Le régicide s’exila alors à Bruxelles. Il rentra en France en 1830 et mourut six ans plus tard à Paris.