Saint Ambroise

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

Saint Ambroise (v. 340-397), Père de l'Église et un des quatre docteurs de l'Église latine, à l'origine de la conversion de saint Augustin.

Né à Trèves (Allemagne), Ambroise étudia le droit à Rome. Son père était préfet de la Gaule. Ambroise entra dans l'administration et, vers 370, fut nommé consulaire (gouverneur) romain de Ligurie et d'Émilie résidant à Milan. Venu assurer l'ordre lors d'élection épiscopale agitée, il fut élu évêque par acclamation populaire alors qu'il n'était encore que catéchumène. Baptisé et ordonné évêque en huit jours, le 7 décembre 374, il s'adonna à l'étude du grec et de la théologie. Il fut un très grand évêque. Sa production écrite est importante: il cherchait surtout à instruire ses fidèles et à réfuter l'arianisme qu'il combattit activement.

Ambroise fut un ami fidèle de sainte Monique, mère de saint Augustin d'Hippone. Il contribua à la conversion de celui-ci et le baptisa en 387.

En 390, il contraignit l'empereur Théodose Ier, empereur romain qui combattit le paganisme et sous le règne duquel le christianisme devint religion d'État, à une expiation publique pour avoir ordonné le massacre de sept mille personnes lors de l'insurrection de Thessalonique. C'était la première soumission de l'Empire romain face à l'Église. Ambroise mourut à Milan en 397.

Il est le saint patron de Milan et la bibliothèque de la ville, fondée en 1602 par le cardinal Frédéric Borromée, fut baptisée «Bibliothèque ambrosienne» en son honneur. Parmi ses ouvrages, on trouve un bon nombre de traités d'exégèse, de traités moraux Sur le devoir des clercs, des oraisons funèbres, dont celle de Théodose et des hymnes dites ambrosiennes.