Mgr Lefebvre

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher
                               Mgr Lefebvre.JPG

Marcel Lefebvre est né le 29 novembre 1905 à Tourcoing, troisième enfant d'une famille catholique du nord de la France, dans le diocèse de Lille.

Des huit enfants dont Dieu gratifia cette famille, 2 devinrent prêtres, Marcel et son frère aîné René, tous deux dans les missions, et trois entrèrent comme religieuses dans les Ordres.

Une fois ses études achevées au séminaire français à Rome, couronnées par un double doctorat, en philosophie et en théologie, Marcel fut ordonné prêtre le 21 septembre 1929 à Lille. C'est en 1932 qu'il entrera dans la Congrégation des Pères du Saint-Esprit pour rejoindre les missions du Gabon où son frère René était déjà à l'ouvrage.

Il y sera professeur de séminaire mais aussi simple missionnaire dans la brousse. Il se fera remarquer par ses multiples talents de constructeur, d'imprimeur, d'électricien, de méchanicien et de chauffeur de l'unique automobile que possédait le diocèse. Parmi les élèves qui suivirent son enseignement, il faut compter aujourd'hui un cardinal, deux évêques et deux présidents.

C'est en 1947 que l'abbé Marcel Lefebvre fut consacré évêque. Une année plus tard il était élevé au rang d'archevêque et envoyé par le Pape Pie XII comme délégué apostolique pour toute l'Afrique francophone. En 1955, il fut nommé premier archevêque de Dakar.

Dans sa lettre de 1960, le pape Jean XXIII l'appelle pour participer aux travaux préparatoires du deuxième Concile du Vatican et le nomme Assitant du trône pontifical. Mgr Lefebvre prit part lui-même au Concile en sa qualité de Supérieur Général des Pères du Saint-Esprit, puisqu'il avait été élu à ce poste de haute responsabilité en 1962.

Au Concile, il sera l'une des figures de proue du Coetus Internationalis Patrum qui rassemblait quelque 450 Pères du Concile attachés à la tradition de l'Eglise et qui craignaient que les nouveautés introduites au Concile ne mettent en péril la foi catholique.

En 1968, Mgr Lefebvre démissionne de sa charge de Supérieur Général des Pères du Saint-Esprit en raison des réformes introduites dans le gouvernement de la société, selon les directives du Concile. Il se retire ensuite à Rome, pensant toucher à la fin de son activité épiscopale.

La Providence le guettait.

Elle se manifesta par l'intervention de quelques séminaristes qui étudiaient au Séminaire français de Rome où l'esprit de l'après-concile commençait à faire ses ravages et où le climat de mise en question de toute autorité et le laxisme grandissant rendaient toute formation vraiment sacerdotale impossible. Ils demandèrent donc à Mgr Lefebvre de faire quelque chose pour eux.

C'est le début de l'aventure qui a conduit à la fondation de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X érigée canoniquement le 1er novembre 1970 par Mgr Charrière, évêque de Lausanne-Genève-Fribourg. Source: FSSPX