Mgr Freppel

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

Mgr Freppel.JPG

Mgr. Charles-Émile Freppel (1827-1891), évêque de combat contrerévolutionnaire d’Angers, critiqua l'héritage révolutionnaire lors du centenaire de 1889.

Il inaugura la Faculté de Théologie d'Angers érigée et instituée canoniquement au sein de l'Université Catholique de l'Ouest par Lettres Apostoliques du Pape Pie IX, en date du 14 août 1877, le 14 décembre 1879. [1]

Une longue aventure humaine & spirituelle: le pélerinage aux îles de Béhuard en Anjou

Sur un rocher, au milieu des flots et des sables de la Loire, au coeur d’une vallée riante, à 15 km d’Angers...

Au Ve siècle, l’évêque St-Maurille érigea une statue de la Vierge, en l’honneur de la Nativité de Notre-Dame.

Au XIe siècle, le chevalier Buhuard reçut deux petites îles de la Loire du Comte d’Anjou Geoffroy Martel, dont l’île Ste-Marie; réunies par ensablement, elles prirent le nom de Béhuard.

Pendant tout le Moyen-Age, riverains et pélerins vinrent prier au rocher de la Vierge.

Au XVe siècle, le roi Louis XI, pour accomplir un voeu, ordonne la construction du Sanctuaire actuel, en équerre, sur le rocher (1469-1482). Il donne au Sanctuaire une cloche, en demandant de prier pour la Paix quand elle sonnera à midi, origine de l’Angélus de midi. C’est la cloche de la Paix.

Sanctuaire de Béhuard.JPG

Sanctuaire de Béhuard


Au jour de la fête patronale, le 8 septembre 1873, Mgr Freppel, évêque d’Angers, entreprit de renouveler le pélerinage.

En 1946, le futur pape Jean XXIII vint à Béhuard prier pour la Paix. [2]

Citations de Mgr Freppel

  • "Dieu ne nous a pas demandé de vaincre mais de combattre".
  • "Le plus grand malheur pour un peuple ou pour un pays, c'est l'abandon ou l'amoindrissement de la vérité. On peut se relever de tout le reste. On ne se relève jamais du sacrifice des principes.
  • "Si les paroles de Jésus-Christ ne contiennent pas une affirmation claire, formelle, constante de sa divinité, il faut renoncer à vouloir trouver une idée quelconque sous des mots." (Mgr Freppel). Il est bien évident, pour quiconque est de bonne foi, que Jésus a bien affirmé qu'il est Fils de Dieu, et Dieu lui-même.
  • "l'idée de Dieu une fois disparue, il fait nuit dans l'âme humaine, et ...on peut y prendre au hasard le vice pour la vertu, et le crime pour la légalité!..." (La Révolution française, Autour du centenaire de 1789, Paris: A. Roger et F. Chernoviz, 1889, p. 22) [3]

L'Islam vu par Mgr Freppel

"... et l'Europe devint chrétienne. Mais il était dit que chaque victoire de la croix serait suivie d'un nouveau combat, et que l'antique serpent écrasé par l'étendard du salut relèverait la tête après chaque défaite. Un homme donc - car ici-bas, en tête du mal comme en tête du bien, il n'y a toujours qu'un homme - un homme, dis-je, essaya d'arrêter la croix dans sa marche triomphale. A cet effet, il prit quelques lambeaux de la Bible, arracha quelques feuillets de l'Évangile et, y mêlant ses rêveries, il en fit le Coran. Puis, comme symbole de l'opposition à la croix, il adopta le croissant et, enfin, à la place du glaive spirituel de la parole, il mit le glaive matériel qui frappe et qui égorge. Voilà son œuvre : le Coran, avec le croissant pour signe et le cimeterre pour garde ...

"Jamais peut-être la croix n'avait rencontré d'adversaire plus formidable. Qu'était-ce, en effet, que la mahométisme en face de la croix ? C'était la glorification de la volupté, le déchaînement de toutes les passions brutales, l'empire de la chair substitué au règne de l'esprit, les convoitises sensuelles transportées jusque dans le monde futur. Et cependant, malgré l'appât qu'offrait à des instincts grossiers cette religion toute pétrie de sang et de boue, en dépit de la complicité qu’elle rencontrait dans les bas-fonds de la nature humaine, l'étendard du sensualisme a reculé devant le drapeau du sacrifice ; et tandis que le croissant apparaît comme le symbole de la décrépitude et de l'abrutissement, la croix est restée, pour les nations rangées autour d'elle, le signe de la grandeur, de la force et de la vie" (Mgr Freppel, Sermons inédits, A. Roger et F. Chernoviz, édit., 1896, tome 1, p. 372-373)

Prophéties de Mgr Freppel sur la France

  • le déclassement de la France révolutionnaire

"C'est donc aux théories égalitaires de 1789, appliquées à l'ordre domestique, que nous sommes en droit d'attribuer un état de choses dont les terribles conséquences se feront sentir à une échéance plus ou moins courte, et qui, si l'on ne parvient pas à y porter remède par une réaction vigoureuse contre les idées révolutionnaires, fera descendre la France au rang de puissance de second ou de troisième ordre" [j'ai envie de dire que si Mgr Freppel vit juste, il était loin du compte avec par exemple aujourd'hui une France rattrapée par l'Espagne ou le Portugal!... une France totalement déclassée qui de première puissance mondiale sous Louis XVI - et dans tous les domaines, sauf peut-être l'économie, en égalité avec l'Angleterre -) est devenue la cinquième ou la sixième sous Jacques Chirac... et encore, en étant optimiste...] (Mgr Freppel, La Révolution française, Autour du centenaire de 1789, Paris: A. Roger et F. Chernoviz, 1889, p. 54 [4]

"Car c'est bien un coup terrible que le droit de propriété a reçu en 1789, et s'il y a survécu jusqu'ici, s'il est parvenu à s'en relever, c'est uniquement parce que, en dépit des sophistes, la loi divine et l'enseignement de l'Eglise n'ont pas perdu tout leur empire sur les âmes.

  • les spoliations à venir du socialisme

"Dans son ouvrage: le Capital, M. Karl Marx, l'un des chefs du socialisme contemporain [en 1889], n'a pas manqué de mettre à profit contre le droit de propriété, l'argument formidable que lui fournissait la confiscation des biens de l'Eglise [en mépris total de la prétendue "liberté religieuse" révolutionnaire...]. Comment, en effet, ce qui est possédé par plusieurs et depuis de longs siècles pourrait-il être moins inviolable que ce qui est possédé par un seul et d'hier seulement? Les communistes de nos jours [en 1889] parlent de nationaliser le sol en transférant à l'Etat les droits des particuliers; mais est-ce que les constituants de 1789 et leurs successeurs ont fait autre chose quand ils déclaraient 'biens nationaux' les propriétés du clergé et d'une grande partie de la noblesse [au mépris donc du droit de la personne à la proriété...]? La formule est exactement la même de part et d'autre pour les spoliations de l'avenir..." (Mgr Freppel, ibid., p. 70-71) [5]

"Un fait reste certain, c'est que le socialisme est en germe dans la Révolution 'française'; et si, comme tout porte à le craindre, ses théories portent leurs fruits au siècle prochain (donc au XXe siècle!), ou plus tard, la faute en aura été tout d'abord, à l'Assemblée constituante de 1789..." (Mgr Freppel, ibid., chapitre VIII, la Révolution 'française' et la propriété, p. 71-72) [6]. Inutile de rappeler ici les dérives monstrueuses du socialisme au XXe siècle (national-socialisme d'Hitler, Union des Républiques Soviétiques Socialistes en Russie, le "Printemps du Peuple" en Chine sous Mao Zedong, etc.), dérives qui sont les fruits portés par 1789 comme l'avaient dit Mgr Freppel... en 1889.

  • la dépopulation, la crise économique

"Dans l'ordre civil, si l'on veut arrêter, avec la dépopulation de la France, la ruine de l'agriculture, du commerce et de l'industrie, il faut absolument revenir sur les lois successorales, inspirées à la Révolution française par les idées égalitaires à outrance. Le partage forcé des biens, à l'ouverture de chaque héritage, n'est pass eulement une atteinte profonde à la liberté de tester, mais une erreur économique dont les conséquences finiraient par devenir mortelles pour la prospérité du pays" (Mgr Freppel, ibid., chapitre VIII, la Révolution 'française' et la propriété, p. 114-115) [7].

Ses ouvrages