Louis du Pont

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

Louis du Pont (1554-1624), Jésuite castillan. Professeur de philosophie à l'Université de Salamanque, professeur de théologie au Collège Saint-Ambroise de Valladolid, le P. Dupont fut autant et plus peut-être qu'un mystique, un théologien. L'Ecriture, la théologie scolastique et mystique, la littérature ascétique, il a tout étudié, tout approfondi. Ceci donne à ses écrits une ampleur et une richesse que l'on trouve rarement à un degré pareil dans les traités de spiritualité.

Luis de la Puente (c'est son nom espagnol) naquit à Valladolid en Castille, en 1554.

En 1574, le P. Jean Suarez l'admit dans la Compagnie de Jésus. Trois mois après, le 2 décembre, Louis entrait au noviciat de Médina del Campo. Le 31 décembre 1580, le P. Dupont arrivait au bout de sa période de formation.

Grande pénétration d'esprit alliée à beaucoup de précision et de entteté dans les idées, sûreté de jugement et clarté d'expresssion, telles semblent avoir été les principales qualités de son enseignement qui lui assurèrent un si grand succès dans les diverses chaires qu'il occupa.

Du point de vue doctrinal, ses tendances étaient dans un sens nettement conservateur. Ainsi nous le voyons avertir les Supérieurs majeurs de son Ordre que l'on ne suit pas d'assez près les directions données par Rome ou contenues dans le Ratio Studiorum du P. Aquaviva. Il se plaint aussi qu'on préfère à saint Thomas et aux théories classiques des opinions qui attirent par leur nouveauté.

En 1605 paraissaient les Méditations sur les Mystères de notre sainte foi , en deux volumes un-4° imprimés à Valladolid. Elles eurent un tel succès qu'on avait dû en faire deux autres éditions en quatre ans. Si années après leur publication on les avait traduites en Latin, en Français et en Anglais. On les trouva bientôt dans presque toutes les langues d'Europe et même en arabe. La première édition française parut en 1609 chez Balthasar Bellêtre, Douai. C'est principalement cet ouvrage qui a fait connaître le nom du P. Dupont dans tout l'univers catholique. On en a fait des extraits, des abrégés, des adaptations et l'on peut dire sans se tromper que tous les livres de Méditations parus depuis se sont plus ou moins inspirés de l'oeuvre du P. Dupont. Celui qui ferait de cet admirable ouvrage son livre de prédilection acquerrait en peu d'années une science sûre du dogme et de la doctrine catholique et établirait l'édifice de sa sanctification sur des fondements certains. Cet ouvrage aidera ceux qui en feront usage, à opérer leur salut, ce qui constitue la fin dernière de tous les hommes, et de plus, à atteindre la perfection, qui est plus spécialement la fin des religieux.

Et comme tous ceux qui vivent dans cette grande maison de l'Eglise, de quelque état ou condition qu'ils soient, sont appelés de Dieu à poursuivre, en quelque manière, cette souveraine perfection, selon la parole du Sauveur qui est dite pour tous les hommes:Soyez parfaits, comme votre Père céleste est parfait (Estote ergo vos perfecti, sicut et Pater vester coelestis perfectus est. Matt. V, 48), ce livre s'adresse à tous les hommes à qui il enseignera, conformément aux conseils de saint Paul à se rendre parfaits en Jésus-Christ (Docentes omnen hominem, in omni sapientia, ut exhibeamus omnen hominem perfectum in Christo Jesus. Coloss. I, 28); mais il s'adresse plus particulièrement à ceux qui ayant embrassé l'état religieux, font profession de tendre à la perfection, et s'efforceront de l'acquérir au moyen de l'oraison et de la méditation.

Le P. Dupont mourut en 1624.