Gnosticisme

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher
« Le gnosticisme naît avec la figure de Simon de Samarie en 43 » 
 (ou  Simon le Magicien) : il « exerçait la magie 
 et jetait le peuple de Samarie dans l’émerveillement » (Ac 8.9) 
 Pierre Riffard in L’ésotérisme, collection Bouquins Robert Laffont, Paris 1990, p. 597.

Le terme de gnosticisme vient du grec gnosis ("connaissance révélée"). À ses adeptes, le gnosticisme promettait une connaissance secrète du royaume divin. Les gnosticismes des premiers siècles du christianisme dérivaient tous d'une prétendue connaissance révélée, primordiale qui se transmettaient de maître à disciples. Ils n'étaient en réalité que des manoeuvres de Satan pour faire échouer le développement du christianisme véritable et universel, catholique.

Les gnostiques prétendaient aussi se rattacher aux Apôtres, mais "leur tradition était sans autorité, parce qu'elle ne reposait pas sur l'institution et la transmission légitime de l'autorité; au contraire, les évêques sont héritiers de l'autorité des Apôtres" (Saint Irénée de Lyon).

L'ORIGINE JUIVE DU GNOSTICISME

Monseigneur Meurin, dans le livre que nous avons déjà cité, établit que les Juifs, après avoir crucifié le divin Sauveur, n'ont jamais cessé de poursuivre les Chrétiens de leur haine.

Ils ont été les réels inspirateurs de toutes les hérésies. "Ils ne pouvaient permettre au christianisme de s'établir dans le monde, dit Mgr Meurin, sans lui faire une guerre acharnée, semblable à celle qu'ils firent à Jésus-Christ lui-même". Le gnosticisme qui désola l'Eglise pendant les trois premiers siècles, fut leur oeuvre.

Le vénérable auteur montre que le système gnostique, dans sa forme la plus parfaite, n'était autre chose que "la Kabbale juive adaptée à une fin spéciale, celle de s'infiltrer dans le christianisme naissant pour le détruire." (Mgr Delassus), L'américanisme et la conjuration antichrétienne, Société de Saint-Augustin, Desclée De Brouwer et Cie, Paris 1899, p. 47.)

DU GNOSTICISME AU NEW AGE

Qu'est ce que le New-Age? Du Gnosticisme au New Age. Article catholique.org

Avec l’essor du christianisme, les anciennes idées ésotériques de l’Antiquité se sont développées vers un nouveau type de syncrétisme gnostique. Au cours des premiers siècles après J.C., les apôtres et les pères de l’Eglise eurent à combattre plusieurs systèmes « chrétiens » gnostiques, comme ceux de Cerinthus, Manander, Saturninus, Valentinus, Basilides, Ptolemaeus, ainsi que ceux contenus dans certains évangiles apocryphes (de la vérité et de la perfection, de Judas (Iscariote), Philippe et Thomas).

Au troisième siècle, l’église manichéenne, se répand depuis la Perse à travers le Moyen-Orient, la Chine, l’Europe méridionale et l’Afrique du Nord, où le jeune Augustin devint temporairement adepte.

Des enseignements semblables au Manichéisme ont refait surface en Europe au cours du Moyen Age dans des groupes comme les Pauliciens (Arménie, 7ème siècle), les Bogomilistes (Bulgarie, 10ème siècle), les Cathares ou Albigeois (Sud de la France, 12ème siècle), les Cabales juives et les spéculations métaphysiques relatives à l’alchimie.

Les temps modernes ont assistés à la résurgence du gnosticisme dans la pensée philosophique : les lumières, l’idéalisme hégélien, certains courants existentialistes, le nazisme, la psychologie de Jung, la société théosophique et la franc-maçonnerie.

Plus récemment, le gnosticisme (rebaptisé « New Age ») est revenu à la mode grâce notamment au succès immense de quelques « films-cultes » comme « la Guerre des Etoile », « Harry Potter » et « Matrix ».

Liens externes