Fatima:Pèlerinage de réparation de la FSSPX (2005)

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher
Fatima200508-01.jpg
Après la profanation du sanctuaire de Fatima par un rite hindouiste et suite aux velléités des autorités locales de transformer Fatima en un centre inter-religieux, la FSSPX décida un pèlerinage de réparation à Fatima du 20 au 22 août 2005.


Des pèlerins du monde entier se sont retrouvés à cette occasion, les cinq continents étaient là, la présence de l'Ukraine faisait rêver au triomphe du Cœur Immaculé de Marie. Hormis les incendies très proches et menaçants, tout se déroulait admirablement bien. Cependant, le dernier jour, les autorités du sanctuaire ont voulu empêcher notre procession finale.


Sur la droite, les barrières bloquant l'accès à la Capelhina
Dans les derniers mètres qui nous séparent de la Capelhina, le service d'ordre du sanctuaire tient une barrière pour bloquer la procession. On nous réclame un document prouvant que nous avons reçu l’autorisation d’être présent à cette heure. Le recteur a pourtant été dûment prévenu, il a même rencontré notre prieur de Lisbonne. Explications, demandes, propositions : rien n’y fait. La queue de la colonne est maintenant arrivée sur l’esplanade que nous remplissons sur toute sa longueur. Une dernière question est posée: « Que faisons-nous de tous ces pèlerins ? », « Vous retournez » est la réponse. Trop c’est trop, un ordre jaillit: « Nous entrons ! », et la barrière s’ouvre, poussée par quelques bras vigoureux.


La foule s’agenouille autour de la Capelhina, et la prière s’élève sous forme de chants et de chapelet. Mais rapidement d'autres adversités vont s'enchainer pour nuire à notre recueillement. C'est d'abord une femme de ménage qui passe l'aspirateur bruyamment. Arrivent ensuite trois ou quatre religieuses qui chantent au micro. Nous répondons en insistant lourdement sur notre Christus vincit. Nos autorités nous calment mais c'est maintenant un de nos religieux qui craque, il s’élance pour franchir la double barrière qui nous sépare du chœur et des importunes. Il est arrêté par des gardiens. Les religieuses se taisent et le calme revient, pas pour longtemps. Nouvelle attaque, les haut-parleurs d'ambiance du sanctuaire nous assourdissent de musique. Le volume est incroyablement élevé, tout le sanctuaire est immergé dans cette marrée sonore. La violence est à son comble, quasi-insupportable en ce lieu, en cette occasion. Ce vacarme restera jusqu'à la fin.


Certains voulurent se consoler en disant que Rome avait tremblé pendant que notre procession était bloquée par des barrières. Vrai ou faux ? Intervention divine ? En tous cas, un tremblement de terre (terremoto) de magnitude 4,5 a bien secoué Rome ce jour-là, à 14H02 (CEST), soit 13H02 (WEST) à Fatima, alors que notre procession était bloquée à 13H25.


Photo finale



Liens