Contrat social

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

"Le contrat social qui fait se rassembler un beau jour des hommes étrangers les uns aux autres et les fait se lier entre eux par un pacte conventionnel, n'a jamais existé que dans l'imagination de Jean-Jacques" ( Mgr Delassus)

"Le contrat social, qui fait se rassembler un beau jour des hommes étrangers les uns aux autres et les fait se lier entre eux par un pacte conventionnel, n'a jamais existé que dans l'imagination de Jean-Jacques; et si ses disciples ont tenté quelque part de se constituer ainsi en Etat, leur société factice n'a pas dû tarder à se dissoudre. Rien ne subsiste que ce qui est fait par la nature et selon ses lois. Ces lois, nous les avons vues agir aux origines des civilisations grecques et romaine, comme aux origines de la civilisation moderne. les missionnaires et les explorateurs les cosntatent chez les sauvages. Pas plus chez eux qu'ailleurs, il n'y a de tribu que là où il y a un commencement d'organisation, et cette organisation, elle la tient de la prééminence d'une famille à laquelle les autres sont subordonnées.

"C'est la hiérarchie dans sa première formation et l'aristocratie dans son premier état."

( Mgr Delassus, L'esprit familial, dans la famille, dans la cité et dans l'Etat, Société Saint-Augustin, Desclée De Brouwer, Lille 1910, réédité aux ESR, p. 19-20.)


Le contrat social prépare la ruine de la société qui l'a portée à son point de perfection" (Pierre Gaxotte)

"Rousseau commence par créer un nouveau mode de sensibilité en se servant d'une langue essentiellement raisonnante pour exprimer les enchantements de la nature, mais aussi ses propres colères, ses utopies, ses besoins de destruction. Il trouve des accents, d'une beauté étonnantes, et c'est une chose presque incroyable que cet usage des plus magnifiques puissances de la langue pour préparer la ruine de la société qui l'a portée à son point de perfection.

"Dans l'article Economie politique de l'Encyclopédie et dans le Contrat social, il (Rousseau) établit les bases de la société future qui assurera aux hommes l'exercice de leurs droits naturels. Ces fondements sont: l'égalité complète des associés, l'aliénation des droits de chacun au profit de la collectivité, la subordination des contractants à la Volonté générale" (Pierre Gaxotte, La Révolution française, Nouvelle édition établie par Jean Tulard, Éditions Complexe, Bruxelles 1988, p. 53-54).