Contemplation

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

"L'Eglise, dès l'origine, avait adopté une expression caractéristique, dérivée de saint Paul, pour traduire la manière dont elle comprenait cette théorie (de la "science de la foi"): le mot de gnose et de gnostique, avant d'avoir été déshonoré par l'hérésie , et approprié dans le langage traditionnel, à la secte de ce nom, n'avait, ni étymologiquement ni historiquement, le sens défavorable que lui attribua l'erreur, mais un sens élevé, celui de contemplation et de mysticité.

"Clément d'Alexandrie nous l'apprend, lorsqu'il dédie son livre des Stromates (liv. IV, VI, VII.) à ceux qui font profession et recherche de la piété, à ceux qui sont parvenus à une habitude consommée de la charité, aux parfaits et aux spirituels; ceux-là, il les appelle gnostiques. Gnose voulait dire connaissance; ainsi plaçait-on la perfection dans la connaissance; et cela prouve encore combien, dans ces temps primitifs, l'idée qu'on avait de la vie chrétienne était doctrinale. "Celui-là qui a la science des choses divines par manière de compréhension, dit saint Clément d'Alexandrie, participe à la Sagesse éternelle, non par substance, mais par écoulement de la puissance divine." - N'est-ce pas ici la meilleure définition possible de la gnose et de la 'vraie théologie, qui est à la fois dogmatique et mystique, et dans laquelle saint Thomas voit une assimilation avec Dieu et, plus qu'une vertu, un degré très éminent de vie spirituelle et d'union à Dieu: Haec est vita aeterna ut cognoscant te solum verum Deum." (Abbé Augustin Aubry, Contre le modernisme, Etude de la Tradition, le sens catholique et l'esprit des Pères, Pierre Tequi Editeur, Gand 1927, réédité aux ESR, p. 179.)