Erreurs prophétiques

Un article de Christ-Roi.

Collection d'erreurs prophétiques relevées chez des catholiques saints ou bienheureux.


Sommaire

Anne-Catherine Emmerich

Satan ne voyait en Jésus qu'un homme de vertu éminente

Dans le récit de « La douloureuse Passion de N.-S. Jésus-Christ », il est écrit au premier chapitre[1] qu'au moment de l'agonie du jardin des oliviers, Satan ne savait pas Jésus était le fils de Dieu. Nous lisons :

[Satan] ne savait pas que Jésus fût le Fils de Dieu et il ne voyait en lui qu'un homme de vertu éminente.


Or Dieu dit lui même ouvertement que Jésus est son Fils bien-aimé (Matth, III,17; Luc, III, 22). Satan semble avoir entendu puisque juste après, il tente Notre-Seigneur en lui disant: « Si tu es le Fils de Dieu ... » (Matth, IV,1-11; Luc, IV, 1-13). Mais aussi les démons confessent ensuite que Jésus est le Fils de Dieu ou le Messie (Marc, I, 24; Marc, I, 34; Marc, III, 11-12; Luc, IV, 41; Luc, V, 7).

Certes Satan et les démons ne savaient pas assurément que Jésus fût le Fils de Dieu, car c'est un mystère de foi, impénétrable à toute intelligence créée, soit angélique soit humaine, sans une lumière surnaturelle de la grâce[2]. Or Satan n'a pas la la lumière de la foi, il n'a que celle de l'intelligence. Cependant Satan a souvent supposé que Jésus pouvait être le fils de Dieu.


Marie aurait pensé ne pas assister au chemin de croix de Notre-Seigneur

Dans le récit de « La douloureuse Passion de N.-S. Jésus-Christ », il est écrit au passage de la deuxième chute de Jésus sous la Croix[3] que Marie aurait hésité à assister à la passion de Notre-Seigneur et Saint Jean l'aurait convaincue de rester. Nous lisons :

Marie: « Dois-je rester pour le voir passer, ou ne ferais-je pas mieux de m'éloigner ? Comment pourrais-je supporter un pareil spectacle ? »
St Jean: « Si vous ne le voyez pas passer, vous en éprouverez une douleur mortelle. »


AC Emmerich nous présente une Marie qui n'aurait pas eu conscience de son rôle de co-rédemptrice.


Comment croire que la Très Sainte Vierge ne voulait pas lier son sort à celui de son Fils ? Le pape Pie IX a dit[4] solennellement : « La Sainte Vierge unie au Christ Rédempteur d'un lien très étroit et indis­soluble exerce avec lui et par lui contre le serpent venimeux des inimitiés éternelles »

La Sainte Vierge ne savait-elle pas qu'elle devrait souffrir ? La prophétie de Siméon (Luc, II, 35) n'était-elle pas là pour lui confirmer ? Confirmer un sort que Marie avait déjà spontanément agréé en disant: « Qu'il me soit fait selon votre parole (Luc, I, 38)».

Siméon ne confirme t-il pas la co-rédemption de Marie en précisant: « afin que les pensées de beaucoup de cœurs soient révélées » ? Marie pouvait-elle ignorer l'importance de son rôle au cours de la passion de son Fils ?

Et lorsque Marie force son Fils à faire son premier miracle public aux noces de Cana (Jean, II, 1-5), ne vit-elle pas ce lien très étroit avec le Christ Rédempteur, comme le dit Pie IX. Pourquoi Marie engagerait-elle son Fils sur le chemin de sa Passion et renoncerait-elle à l'y suivre ?


Marie d'Agréda

Satan aurait voulu dissuader Judas de vendre Notre-Seigneur

Marie d'Agréda nous dit que, depuis le dimanche des Rameaux, Satan s'est efforcé d'épargner NS Jésus-Christ:

  • Ch. XXI: « Ce triomphe [du dimanche des Rameaux] fit soupçonner à Lucifer que Jésus était le vrai Messie, c’est pourquoi il résolut de ne pas lui faire donner la mort, mais de l’empêcher au contraire de toutes ses forces, car il craignait que par cette mort il ne détruisit son empire. Il alla donc pour dissuader Judas du dessein de vendre le Seigneur, et de traiter avec les princes des prêtres et les pharisiens; il lui apparut même d’une manière visible, et lui offrit l’argent qu’il voudrait, s’il voulait changer son désir et son dessein. »
  • Ch. XXIII: « [Vendredi Saint] Lucifer voyant [Juda] en cet état, lui persuada de rendre l’argent aux prêtres, il voulait ainsi empêcher la mort de Jésus-Christ qu’il soupçonnait toujours davantage d’être le Messie à la vue de sa douceur au milieu des outrages.


Or l'évangile dit que Satan entra dans Judas le jeudi Saint (Jean, XIII, 27). Pourquoi donc si Satan voulait « empêcher de toutes ses forces » la mort du Christ ? Comment, lui qui n'a jamais su certainement que Jésus était le Fils de Dieu, aurait-il changé d'avis aussi radicalement ?


Notes

  1. Edition en ligne à la BNF, page 71, de « La douloureuse Passion de N.-S. Jésus-Christ, d'après les méditations d'Anne-Catherine Emmerich », [recueillies par Clément Brentano] ; trad. intégrale faite sur la 10e éd. allemande et précédée d'une notice sur Clément Brentano, Publication : Tournai : H. Casterman, 1859
  2. Satan Contre Jésus, abbé Augustin Lémann
  3. Edition en ligne à la BNF, page 290, de « La douloureuse Passion de N.-S. Jésus-Christ, d'après les méditations d'Anne-Catherine Emmerich », [recueillies par Clément Brentano] ; trad. intégrale faite sur la 10e éd. allemande et précédée d'une notice sur Clément Brentano, Publication : Tournai : H. Casterman, 1859
  4. Bulle Ineffabilis Deus, Pie IX le 8 décembre 1854
Spécial