Catholicisme

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

On sait que historiquement, le mot catholicisme a été employé pour la première fois par Saint Ignace d'Antioche vers 107 ap.J.-C. Le terme recouvrant donc la plus haute antiquité, l'argument protestant du "retour aux sources de l'Evangile", du "retour au christianisme primitif", etc., s'effondre.

Les catacombes prouvent l'antiquité du catholicisme et font donc de lui le vrai christianisme, le christianisme antique

"Du reste, tout homme qui s'occupe sérieusement de l'étude des choses anciennes, des origines du christianisme, des écrits des Pères, est habitué à retrouver dans ces témoins des siècles antiques les preuves répétées de l'unité parfaite de la foi et de la religion chrétienne, depuis les temps apostoliques jusqu'à nos jours. La papauté, la hiérarchie catholique, le sacerdoce, le sacrifice de la messe avec la présence réelle, la confession, le culte de la sainte Vierge, des Saints, des reliques, la prière pour les morts, en un mot tout ce que nous contestent les sectes hérétiques, trouvent dans ces monuments aussi authentiques que vénérables une pleine justification.

Les fouilles opérées depuis vingt ans dans les catacombes de Rome produisent journellement de nouveaux témoignages à l'appui, et les savants protestants qui viennent visiter la capitale du monde chrétien reconnaissent à la fois l'authenticité incontestable et l'importance religieuse de ces découvertes.

  • Inscriptions, peintures, monuments, etc., tout y rappelle les formes de notre culte, tout retrace nos croyances.
  • Les catacombes contiennent de nombreuses chapelles avec des autels renfermant les reliques des martyrs;
  • sur les parois des murs, des fresques à demi effacées révèlent la foi des premiers chrétiens à la présence réelle, au sacrifice eucharistique, à la confession
  • tout y atteste que les catacombes ont connu la Papauté, l'Episcopat et le Sacerdoce.

(Source: Mgr de Ségur, Causeries sur le protestantisme d'aujourd'hui, Libraie Saint-Joseph, Tolra libraire-éditeur, Rennes 1894, réédité aux Editions Saint-Rémi, p. 85-86.)