Saint Justin Martyr, aussi nommé saint Justin de Naplouse

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher
Saint Justin Martyr (v. 100 - martyre chrétien exécuté en 166 à Rome +). 

D'abord philosophe platonicien de langue grecque, Justin se convertit au christianisme après avoir découvert l'Ancien Testament et l'Évangile.

Apologiste de la religion chrétienne et philosophe grec converti, il fut martyrisé vers 165 sous Marc-Aurèle.

Son apologie (comme celle d'Aristide ou de Quadratus sous Hadrien) s'inspirait du souci de montrer que le christianisme est conforme à l'idéal de l'hellénisme – ou mieux qu'il en est la réalisation; que les Chrétiens représentent la vraie piété et que leur doctrine est en accord avec celle des meilleurs grecs, Socrate, Héraclite, Platon.

En morale, il montre les vertus des chrétiens, il souligne leur observance des lois. À cela il oppose le paganisme: il en dénonce la théologie, il en décrit l'immoralité. Ces thèmes resteront ceux de toute la littérature apologétique chrétienne qui suivra" (Jean Daniélou, L'Église des premiers temps, des origines à la fin du IIIe s., Points Histoire, Tours 1999, p. 100).

 Il composa deux Apologies de la religion, dont il adressa la première à Antonin le pieux , à ses fils et au sénat , et la seconde à Marc-Aurèle et Lucius Verus, successeurs d'Antonin.

 Le but des apologies chrétiennes de (Quadratus, Aristide, Justin) n'est pas seulement de réclamer pour les Chrétiens un statut légal, il s'agit de les présenter comme les authentiques héritiers de la civilisation gréco-romaine.

 S'agissant de la vérité, les apologistes chrétiens enseignent qu'elle est une. Elle aurait d'abord été communiquée aux barbares, c'est-à-dire aux Juifs. Pour Tatien ou Théophile, la Vérité a été déformée par les Grecs sous l'influence des démons: ceux-ci se sont fait adorer à la place du vrai Dieu; ils ont emprunté les mystères annoncés par les prophètes et en ont fait les fables de la mythologie.

 "Justin n'hésite pas en ce sens à comparer l'ascension de Persée et celle de Jésus, la conception de Danaé et celle de Marie: les premières ne sont pour lui que la déformation des secondes. D'ailleurs le Logos ne cessait d'être présents aux hommes : un Socrate, un Héraclite lui ont été dociles et ont condamné le paganisme. C'est le Logos qui dans la personne du Christ s'est manifesté en plénitude, alors que les hommes n'en avaient jusqu'ici qu'une connaissance partielle" (Jean Daniélou, L'Église des premiers temps, des origines à la fin du IIIe s., Points Histoire, Tours 1999, p. 102).

 Etant venu demeurer à Rome, Justin y attaqua Crescens, philosophe cynique qui vomissait constamment des invectives contre les chrétiens, et dévoila sa peur de la mort et son penchant pour les honteux plaisirs des sens. Ce dernier chercha à se venger : il fit tant par sa haine et ses menées que Justin fut accusé d'être chrétien et versa son sang pour la foi: il fut décapité pour n'avoir pas accepté d'offrir un sacrifice aux dieux païens.

Justin fut inscrit au martyrologe de l'Église catholique romaine au IXe siècle. Sa fête est célébrée le 14 avril.