Prétendu bonheur

De Christ-Roi
Version du 8 octobre 2005 à 17:07 par none (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

- La révolution utilise toujours au début des réactions naturelles, des revendications justes, des aspirations légitimes. Elle masque son entreprise par un départ qui paraît honnête (voir la plus grande séduction du démon: la "tentation sous manifestation de bien" dont par Saint Ignace dans ses Exercices Spirituels).

Elle s'appuie au départ sur une réaction naturelle et trompe une autre aspiration fondamentale de l'homme, la soif de bonheur. Source: Luce Quenette [1].

L'opinion qu'on a des malheurs de l'homme et le désir qu'ils soient justiciables de l'envie et de la haine, voilà le départ - puis, comme but, le bonheur sur la terre, le droit de le chercher directement.

Or l'homme a le devoir d'accomplir directement la volonté de Dieu et par ce moyen d'obtenir le bonheur, non en cette vie, mais en l'autre.

Néanmoins, Notre Père qui est bon nous assure toujours de quelques consolations terrestres ici-bas: "Recherchez d'abord la justice et tout cela vous sera donné en surcroît!..."