La théorie de l'évolution des espèces

Un article de Christ-Roi.

Sommaire

Introduction

Image:PapillonFleur-tneria01.pngLa démystification de la théorie de l'évolution est urgente parce qu'elle fait croire à l'homme que le mystère de la Création est à sa portée, parce qu'elle est la caution scientifique de l'athéisme et des pires erreurs.



Les mauvais fruits

Le modernisme

Saint Pie X, dans son encyclique Pascendi déclare que les modernistes sont les pires ennemis de l'Eglise[1]. Or voici ce que disent ces modernistes, d'après le Saint Père :

l'évolution domine et régit l'histoire (Pascendi, §43)
la foi progressa par évolution vitale (Pascendi, §33)
dans une religion vivante, il n'est rien qui ne soit variable, rien qui ne doive varier (Pascendi, §32)

D'où cette conclusion du pape Saint Pie X :

le point capital de leur système, c'est l'évolution (Pascendi, §32).

Ainsi l'évolutionnisme est le principe de la pire des hérésies.


Le communisme

Pie XII, dit dans son encyclique Humani generis : « c'est de ce postulat [th. de l'évolution] que se servent les partisans du communisme pour faire triompher et propager leur matérialisme dialectique dans le but d'arracher des âmes toute idée de Dieu. La fiction de cette fameuse évolution, faisant rejeter tout ce qui est absolu, constant et immuable, a ouvert la voie à une philosophie nouvelle aberrante (...)[2] ».

Ainsi, le marxisme, qui est à l'origine des pires massacres et persécutions, s'appuie sur Darwin, preuve en est cette lettre que Marx écrivait à F. Lassalle le 16 Janvier 1861 : « le livre de Darwin[3] est très important et il me sert de fondement en sciences naturelles pour l'histoire de la lutte des classes ».


Le séminariste devenu le plus grand criminel

Le plus grand meurtrier de tous les temps, Joseph Staline, a abandonné son séminaire qui devait en faire un prêtre chrétien orthodoxe, après avoir lu Darwin. Glurdjidze, un ami d'enfance de Staline, raconte[4]:

- « J'ai commencé à parler de Dieu, Joseph m'entendit, et après un moment de silence, dit: »
- « Tu sais, ils nous trompent, il n'y a pas de Dieu. » . . .
- « J'étais ébahi pas ces mots, je n'avais jamais rien entendu de pareil avant. »
- « Comment peux-tu dire des choses pareilles, Soso ? » m'exclamai-je.
- « Je te prêterai un livre à lire. Il te montrera que le monde et les êtres vivants sont bien différents de ce que tu imagines, et toutes ces discussions sur Dieu sont un pur non-sens », dit Joseph.
- « De quel livre s'agit-il ? » demandai-je.
- « Darwin. Tu dois le lire », appuya Joseph.


L'eugénisme

Le terme eugénisme a été popularisé par Francis_Galton, un demi-cousin de Charles Darwin (même grand-père: le franc-maçon   Erasmus Darwin). L'eugénisme existait déjà dans l'antiquité, mais c'est la théorie de l'évolution qui le fait réapparaitre en force en occident, c'est le darwinisme social avec des programmes nationaux de stérilisations aux USA, en Suède, en Allemagne et des programmes de pro-création contrôlée (viriculture) en Allemagne nazie.


La philosophie évolutionniste et moniste

Mgr Albert Farges, dans l'introduction de son livre L'acte et la puissance, dénonce l'écroulement de la philosophie sous l'impulsion de l'évolutionnisme et du sentiment. L'objectivité d'Aristote et de St Thomas est remplacée par la philosophie du Devenir et par la vérité intérieure. Mgr Farges rapporte les propos de Mgr d'Hulst :

Déjà, en 1896, dans son célèbre discours de Namur qu'on a si justement appelé son « testament philosophique », Mgr d'Hulst déclarait que la lutte allait être désormais circonscrite entre deux métaphysiques rivales : ou thomisme péripatéticien ou monisme évolutionniste ! Et le regard tourné vers l'avenir, il annonçait que ce monisme évolutionniste serait le dernier stade de la philosophie moderne. « Elle y arrive, disait-il, de tous les points à la fois, et par toutes les voies... C'est une coalition des génies les plus opposés, et ce n'est certes pas le moindre péril, c'est le plus grand ! »



La prospérité sortant du chaos

L'auto-régulation des marchés, la relance par la consommation, la relance par l'endettement public heurtent le bon sens. On a vu qu'il fallait que l'État contrôle les marchés financiers[5], on voit que la relance par la consommation n'est qu'une facilité de crédit qui ne profite que trop peu au tissu économique local, on comprend que la dépense publique tourne à l'absurde quand elle prétend soutenir l'économie sans s'intéresser à la rentabilité[6].

Ces théories rebutent mais elles sont pleinement justifiées quand on fait l'hypothèse que la richesse sort naturellement du chaos économique.



De l'eau pour les moulins anti-chrétiens

Un véritable combat est engagé entre les tenants de la toute puissance divine et les tenants du hasard déicide. C'est ce que constate Rémi Plus[7] en montrant l'acharnement de l'évolutioniste Patrick Tort contre le créationnisme. Patrick Tort a écrit un ouvrage de 5000 pages (1996) pour justifier le Darwinisme et voilà ce que Mr Tort disait à un journaliste:

"[mon livre] est à la fois un outil d'initiation et de spécialisation, une œuvre de réhabilitation et un instrument de combat contre les déviations... De faux débats hyper-médiatisés ont mis en évidence les théories révisionnistes de pseudo-chercheurs. C'est ce qu'on appelle les néo-créationnistes qui nient l'idée même d'évolution et opposent aux hypothèses scientifiques leurs articles de foi".

On ne s'étonnera pas de voir Patrick Tort fréquenter les cercles de la Libre pensée.



Les difficultés posées par cette théorie

La théorie de l'évolution contredit la religion catholique en de nombreux points :

  • Le hasard peut-il être le moteur de l'évolution ?
  • Le polygénisme, les populations humaines auraient-elles des origines multiples ?
  • La vie a-t-elle pu apparaître spontanément ?
  • Que dit la Bible des dinosaures ?
  • Les espèces se modifient-elles graduellement ? se transforment-elles dans le temps ? L'homme a-t-il des ancêtres ?
  • Depuis quand la matière et la terre existent ? 6000 ans ? des milliards d'années ? Depuis toujours ?


Nous ne parlons ici que des quatre premiers points


Le hasard, moteur de l'évolution

Une erreur scientifique

Darwin a suggéré que le hasard crée de légères variations dans les espèces. Ces variations sont essentiellement nuisibles à l'espèce mais certaines l'améliore, et par voie de suprématie se transmettent à la descendance.


Cette hypothèse n'est plus défendable aujourd'hui. Le bio-chimiste Michael Denton [8] a été un des premiers à le montrer. Même l'évolutionniste paléo-anthropologue français Yves Coppens [9] cherche une autre explication.


Une erreur philosophique

Le philosophe Aristote enseigne que la cause est supérieure à l'effet[10], le moins sort du plus, le moins parfait sort du plus parfait, le moins parfait est incapable de produire du plus parfait. Le théologien Garrigou-Lagrange dit que cette vérité est la vérité de base qui contient virtuellement toutes les preuves de l'existence de Dieu[11].


L'hypothèse du hasard créateur contredit[10] la proposition d'Aristote puisque le hasard stupide (moins) créerait la complexité intelligente de la vie (plus). Ainsi le plus sortirait du moins, ce qui est contraire à l'enseignement d'Aristote : le moins parfait est incapable de produire du plus parfait.


Ainsi, plus le créateur a du talent, plus sont belles ses créations. Plus la création est belle, plus le créateur a du talent, à création merveilleuse, Créateur merveilleux. C'est une vérité intuitive qui est basée sur notre expérience quotidienne, comme dit Pie XII dans son encyclique Humani generis : « En effet, il n'est pas d'autre appui que les principes et les notions tirés de l'expérience des choses créées[12] ».


A l'inverse, l'idée d'une créature merveilleuse créée par un hasard idiot et aveugle, rebute. Cette idée est contraire au sens commun, à l'expérience ordinaire. Aucune philosophie ne peut soutenir un tel principe.

Une erreur condamnée par l'Eglise

La philosophie d'Aristote est magistralement reprise par le Docteur Angélique Saint Thomas d'Aquin et par l'Eglise catholique. Pie XII le rappelle dans son encyclique Humani generis :

  • Cette philosophie reconnue et reçue dans l'Eglise défend (...) les principes inébranlables de la métaphysique, à savoir de raison suffisante, de causalité et de finalité[13] (...)
  • l'Eglise exige que ses futurs prêtres soient instruits des disciplines philosophiques " selon la méthode, selon la doctrine et les principes du Docteur Angélique "[14].


Dans cette encyclique, le pape cite le canon 1366,2 du droit canon de 1917 sur les séminaires :

  • « Les professeurs doivent ordonner les études de philosophie rationnelle et de théologie, de même que la formation des élèves dans ces disciplines, selon la méthode du docteur Angélique, et s’en tenir religieusement à sa doctrine et à ses principes. »


De même le canon 31 du catéchisme de l'Église Catholique rappelle les preuves philosophiques de l’existence de Dieu :

  • Créé à l’image de Dieu, appelé à connaître et à aimer Dieu, l’homme qui cherche Dieu découvre certaines " voies " pour accéder à la connaissance de Dieu. On les appelle aussi " preuves de l’existence de Dieu ", non pas dans le sens des preuves que cherchent les sciences naturelles, mais dans le sens "d’arguments convergents et convaincants" qui permettent d’atteindre à de vraies certitudes.


Si les " preuves de l’existence de Dieu " permettent d’atteindre à de vraies certitudes, c'est qu'elles sont vraies, et donc que la vérité qui les fonde est vraie, à savoir : la proposition « le moins parfait est incapable de produire du plus parfait » est vraie. Ainsi, le hasard créateur de Darwin est contraire à l'enseignement de l'Eglise.


Voilà pourquoi le Cardinal Christoph Schönborn nous dit que le hasard créateur n'existe pas[15].

Voilà pourquoi le pape Benoit XVI [16] nous dit : « Nous ne sommes pas le produit accidentel et dépourvu de sens de l’évolution. Chacun de nous est le fruit d’une pensée de Dieu. Chacun de nous est voulu, chacun est aimé, chacun est nécessaire ».



Le polygénisme

Le polygénisme est une théorie anthropologique selon laquelle les populations humaines auraient des origines multiples et seraient apparues en plusieurs lieux différents du globe.

Or Adam est l'aïeul commun à tous les hommes[17]. Dans l'encyclique Humani generis, Pie XII enseigne contre le polygénisme que le péché originel a été commis par une seule personne: Adam, et a été transmis à tous par voie de génération (de parents à enfants)[18].


L'apparition spontanée de la vie

Darwin n'explique pas comment est apparue la première entité vivante capable de se reproduire.


Certains évolutionnistes croient pouvoir expliquer l'origine de la vie à partir de l'expérience de Stanley Miller, la matière évoluerait naturellement vers la vie. Mais peu d'évolutionnistes s'aventurent sur ce terrain. Il semble évident que la matière ne peut s'organiser toute seule en un organisme vivant auto-reproductible. Le nombre minimum de mécanismes permettant la vie et la reproduction est si grand qu'une création immanente suppose une intelligence dans la matière elle-même (autant dire Dieu). La théorie de la complexité irréductible (irreducible complexity) affirme qu'il est impossible de créer des mécanismes complexes par une évolution graduelle. Le film Unlocking The Mystery Of Life illustre cette théorie.


Pour échapper à l'absurdité de l'apparition spontanée de la vie sur terre, certains imaginent une apparition sur une autre planète puis le transport de cette vie sur la notre, c'est la panspermie.

Ils ne résolvent pas le problème, ils le déplacent. Et même il s'enferrent. Ils imaginent une planète plus favorable à l'apparition de la vie, alors que la terre est si exceptionnellement favorable à la vie que certains la croient vivante. Ils imaginent des cellules vivantes voyageant toutes seules sur des comètes et résistant au vide et au froid intersidéral, puis à la brûlure de l'entrée atmosphérique... D'autres voient des extra-terrestres apporter la vie sur terre... N'est-ce pas une fuite en avant ?



Les dinosaures

Les dinosaures vivants après Noé

Certains protestants [19] croient que les dinosaures ont survécu au déluge, Noé les aurait sauvé en embarquant des couples de bébés. Ils croient que le mot biblique dragon est à prendre pour dinosaure, mot créé seulement au XIXe siècle.


Du point de vue biblique, ils se fondent essentiellement sur Job, 40-41. Job a vécu après Noé, après Abraham et vraisemblablement avant Moïse, Rohrbacher dit : « Vers le temps où mourut en Egypte, Joseph, le fils de Jacob », L'animal appelé Béhémoth en Job, 40, 10(15), serait, d'après eux, une sorte de diplodocus parce que « il serre [dresse, élève] sa queue comme un cèdre (Job, 40, 12(17)) ». Les exégètes catholiques y voient un éléphant ou un hippopotame sans bien expliquer: « sa queue comme un cèdre ». Doit-on comprendre qu'il s'agit de sa trompe, haute comme un arbre, ou enserrant un arbre ?

En Job, 40-41, un autre animal est décrit: le Léviathan. Des exégètes catholiques y voient un crocodile. Il lui ressemble: « son corps est comme des boucliers jetés en fonte et couvert d'écailles épaisses et serrées (...) dans son cou résidera sa force », mais en diffère aussi: « son souffle fait brûler des charbons, et une flamme sort de sa bouche (...) lorsqu'il s'élèvera (...) il n'y a pas sur la terre de puissance comparable à lui (...) c'est lui qui est le roi de tous les fils d'orgueil ». Alors, crocodile ou dragon ? Le Grand commentaire de la Bible Fillion, au verset Job, 40, 10, conclue: Dans l'interprétation des Pères et des anciens, behemoth et leviathan sont des êtres plus ou moins imaginaires, figurant le démon ou l'antéchrist. On remarquera aussi que les satanistes associent le léviathan à Satan[20].

Du point de vue archéologique, certains montrent des vestiges prouvant une co-existence entre l'homme et les dinosaures. Mais rien n'est convaincant, comme ces pierres d'Ica[21] qui seraient des faux.

Les dinosaures morts pendant Noé

Les dinosaures seraient-ils morts dans le déluge ? C'est peu probable car Dieu demande à Noé de sauver tous les animaux (Gen, 7, 2). Auraient-ils vécu loin de Noé, l'empêchant ainsi d'en prendre pour en sauver ? C'est peu probable aussi car des fossiles de dinosaures ont été trouvés sur tous les continents[22].



Les dinosaures morts avant Adam

"L'os tubulaire qui part du crâne d'un Parasaurolophus walkeri a inspiré diverses théories quant à sa fonction. Une arme ? Un tuba ? Un nez hypersensible ? Rien de tout ça ? Grâce à la modélisation informatique, les scientifiques pensent maintenant qu'il servait à émette des sons voisins de ceux d'un trombone". National geographic France, déc. 2007, p.11
"L'os tubulaire qui part du crâne d'un Parasaurolophus walkeri a inspiré diverses théories quant à sa fonction. Une arme ? Un tuba ? Un nez hypersensible ? Rien de tout ça ? Grâce à la modélisation informatique, les scientifiques pensent maintenant qu'il servait à émette des sons voisins de ceux d'un trombone". National geographic France, déc. 2007, p.11
Vraisemblablement, il faut convenir, comme les scientifiques, que les dinosaures ont disparu avant l'apparition de l'homme. Donc les dinosaures auraient disparu durant le sixième jour de la création (Gen, 1, 24-25), au cours d'un autre déluge, non décrit dans la bible. Dieu aurait pu vouloir exterminer ces animaux puisqu'au déluge de Noé, Dieu s'est repenti d'avoir fait les animaux et décida de les exterminer (Gen, 6, 7).

Cependant, la bible dit aussi qu'avant Adam, les animaux étaient herbivores (Gen, 1, 29), les prédateurs ne seraient apparus qu'après le péché originel. Alors comment expliquer les théropodes carnivores et le terrible tyrannosaure ? Les scientifiques[23] pensent que le tyrannosaure était en partie charognard. Jack Horner pense qu'il l'était exclusivement[24][25]. Si le le roi des carnivores est un charognard, il est possible que tous le soient. On conçoit que Dieu ayant fait les herbivores, ait voulu des charognards pour dépecer leurs cadavres.


Et si les dinosaures avaient été poilus, quelles têtes auraient-ils ?Des scientifiques pensent que le Sinosauropteryx avait des poils ou soies dessinant sur sa queue des anneaux alternativement orange et blancs.
Et si les dinosaures avaient été poilus, quelles têtes auraient-ils ?
Des scientifiques pensent que le Sinosauropteryx avait des poils ou soies dessinant sur sa queue des anneaux alternativement orange et blancs.



Ainsi, on peut supposer que les dinosaures (bêtes de la terre) ont disparu le sixième jour, le jour même de leur création. Les scientifiques devraient certainement faire l'hypothèse qu'ils étaient pacifiques, herbivores, émettant des sons mélodieux, poilus, etc... plutôt que de prétendre qu'ils étaient violents, à la peau verdâtre et moins beaux que nos animaux actuels. Peut-être même étaient-ils plus beaux que nos animaux actuels, avant que le péché originel n'abîme toute la création.



Notes

  1. Ennemis de l'Eglise, certes ils (les modernistes) le sont, et à dire qu'elle n'en a pas de pires on ne s'écarte pas du vrai. Pascendi, §3
  2. Voir ce paragraphe de l'encyclique Humani generis
  3. L'Origine des espèces par la sélection naturelle, Charles Darwin, Londres, 29 novembre 1859
  4. E. Yaroslavsky, Landmarks in the Life of Stalin (Moscow: Foreign Languages Publishing house, 1940), pp. 8-12. (citation reprise d'Internet)
  5. Certes les marchés s'adaptent selon la loi de l'offre et de la demande. Ainsi les premières cerises sont plus chères que les dernières, les prix s'ajustent localement pendant la saison. Mais aujourd'hui c'est comme si les cerises étaient négociées hors-saison et mondialement sur des échanges virtuels largement supérieurs aux quantités qui seront réellement négociées. Ces paris financiers sont largement déconnectés de la réalité, ils n'ont de cerises que le nom.
  6. John Maynard Keynes appelait sous forme de boutade à employer des chômeurs à creuser des trous et d'autres chômeurs à les reboucher.
  7. Rémi Plus, auteur du livre Oui, Dieu est innocent, 1996, Edts N.D.de Fatima, 40230 St Geours de Maremme
  8. Michael Denton est un bio-chimiste néo-zélandais. Son livre Evolution, une théorie en crise a été le détonateur d'une remise en question du darwinisme. Michael Denton ne propose pas de nouvelle théorie, non plus qu'il défend la création divine, on a du mal à deviner ses convictions philosophiques. Son livre est une discussion impartiale comparant les faits expérimentaux et les théories évolutionnistes. Le lecteur attentif sera impressionné par l'objectivité des cas exposés et la clarté des contradictions entre les faits et ces théories. Denton montre aussi que Darwin doutait et attendait des confirmations expérimentales de sa théorie. Il montre que ces confirmations ne sont pas venues et que les successeurs de Darwin se sont servis de sa théorie comme d'un principe pour rejeter toute découverte contradictoire et pour interpréter favorablement toute difficulté (raisonnement circulaire). On en voit une exemple dans cet article de wikipédia pour contrer la théorie de la complexité irréductible, où il est dit:
    un œil rudimentaire est déjà un avantage sélectif important (même un œil uniquement capable de distinguer le jour et la nuit), si important qu'il s'impose très rapidement, trop vite à l'échelle géologique pour espèrer sérieusement trouver des fossiles d'animaux aux yeux imparfaits.
    Alors que la théorie de la complexité irréductible affirme que les fonctions complexes ne peuvent pas apparaitre spontanément, on répond : si elles le peuvent, et même rapidement quand elles sont très utiles à la vie. Ainsi, selon sa vision de Darwin, le besoin créerait la complexité... Il se sert de Darwin pour expliquer le réel alors qu'on demande que ce soit le réel (l'expérience) qui justifie l'hypothèse Darwin. Il faut sortir du cercle vicieux du raisonnement circulaire en se demandant quelles sont les preuves concrètes de Darwin.
  9. Dans cet entretien, Yves Coppens, paléoanthropologue, s'étonne de la perfection des espèces vivantes préhistoriques. Voilà ce qu'il dit:
    (...) toutes les espèces vivantes étaient miraculeusement adaptées à leur milieu. Y voir le fruit d’un simple jeu entre hasard et nécessité me paraissait si insensé que j’ai éprouvé le besoin de réfléchir à un autre type d’explication. Je le cherche encore, mais tout se passe comme si le milieu modelait le caryotype...
    Cette dernière phrase veut dire que c'est le milieu qui fabrique l'espèce, et non l'espèce qui s'adapte au milieu. Quel est ce mystérieux milieu ? Yves Coppens cherche encore, un jour peut-être il dira: tout se passe comme si Dieu avait créé les espèces...
  10. 10,0 10,1 Aristote montre toute la valeur de la distinction entre puissance et acte au point de vue de l'être, en affirmant que dans tous les ordres la puissance est essentiellement ordonnée à l'acte, d'où dérive la supériorité de l'acte par rapport à la puissance ordonnée à lui. En d'autres termes l'imparfait est pour le parfait, comme le germe de la plante pour celle-ci, et le parfait ne peut être produit par l'imparfait, comme par sa cause toute suffisante; il en provient sans doute comme de la cause matérielle, mais celle-ci ne passe de la puissance à l'acte que sous l'influence d'un acte antérieur et supérieur qui agit pour une fin supérieure proportionnée. Et donc seul le supérieur explique l'inférieur, autrement le plus proviendrait du moins, le plus parfait du moins parfait, contrairement aux principes de raison d'être, de causalité efficiente et de finalité. C'est la réfutation du matérialisme ou de l'évolutionnisme dans lequel chaque degré supérieur au précédent reste sans explication ou sans cause (l. IX de la Métaphysique. Garrigou-Lagrange, La synthèse thomiste)
  11. Voir ce chapitre du théologien Garrigou-Lagrange.
  12. Voir ce paragraphe de l'encyclique Humani generis
  13. Voir ce paragraphe de l'encyclique Humani generis
  14. Voir ce paragraphe de l'encyclique Humani generis
  15. Dans un article publié dans le New York Times du 7 juillet 2005, le cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne et rédacteur principal du Catéchisme de l'Eglise catholique dit: « l'évolution néo-darwinienne, en tant que processus aveugle et sans but basé sur une variation aléatoire et une sélection naturelle, n'existe pas. Tout système de pensée qui nie ou dénigre la quantité de preuves soutenant la création (design) en biologie est une idéologie, pas une science. »
  16. Homélie du 24 Avril 2005, pour l'inauguration de son pontificat. Zenit.org
  17. Sur Adam : Gen, I-II; Marc, X, 6. Sur Abel : Matth., XXIII, 35; Luc, XI, 51.
  18. Voir ce paragraphe de l'encyclique Humani generis
  19. http://en.wikipedia.org/wiki/Religious_perspectives_on_dinosaurs#Biblical_Inerrancy
  20. Les satanistes entourent parfois la tête du Baphomet de cinq lettres hébreuses signifiant Léviathan. Voilà ce que nous lisons sur le site de l'église de Satan à propos de ce symbole:
    Lévi makes no mention of Leviathan but the de Guaita image is encirlced by this name in Hebrew script. (...) The two concentric circles which contain the word “Leviathan” written in Hebrew (starting at the lowermost point and moving counterclockwise) stem from the traditions of the Ophite (serpent) Jews, and this is the essence of the Dragon of the Abyss, descended from Tiamat, sometimes symbolized as an ouroboros (serpent biting its own tail forming a circle). Thus, in one sigil, we find a confluence of several cultures’ approach to embodying what we call Satan.
  21. Les pierres D'Ica (en anglais) :
    - http://www.crystalinks.com/icastones.html
    - http://en.wikipedia.org/wiki/Ica_stones
    - http://paranormal.about.com/cs/ancientanomalies/a/aa041904.htm
  22. http://en.wikipedia.org/wiki/Sauropoda#Environment
  23. http://en.wikipedia.org/wiki/Tyrannosaurus#Feeding_strategies
  24. Horner, J.R. & Lessem, D. 1993. The Complete T. rex: How Stunning New Discoveries Are Changing Our Understanding of the World's Most Famous Dinosaur. New York: Simon & Schuster. 235pp.
  25. http://news.bbc.co.uk/1/hi/sci/tech/3112527.stm


Liens

Spécial