L'art peut se passer de Dieu

Un article de Christ-Roi.

L'Eglise répond:

  • "Les arts, les sciences , tout ce que nous admirons dans ce vaste univers, tout ce que nous savons du ciel et de la terre, a pour pour cause première la sagesse infinie de Dieu" (Vénérable Père Louis du Pont, S.J., Méditations sur les Mystères de Notre Sainte Foi, sixième partie, Presses de l'Imprimerie La Source d'Or, Marsat 1995, p. 140).
  • «Les faits et l’expérience constante nous le font voir: les arts libéraux ont été surtout florissants lorsque la philosophie conservait sa gloire et sa sagesse; au contraire, ils ont langui, négligés et presque oubliés, quand la philosophie a baissé et s’est embarrassée d’erreurs et d’inepties. Aussi, les sciences physiques elles-mêmes, si appréciées à cette heure, et qui, illustrées de tant de découvertes, provoquent de toute part une admiration sans borne, ces sciences loin d’y perdre, gagneraient singulièrement à une restauration de l’ancienne philosophie. Ce n’est point assez pour féconder leur étude et assurer leur avancement, que de se borner à l’observation des faits et à la contemplation de la nature; mais les faits constatés, il faut s’élever plus haut, et s’appliquer avec soin à reconnaître la nature des choses corporelles et à rechercher les lois auxquelles elles obéissent, ainsi que les principes d’où elles découlent et l’ordre qu’elles ont entre elles, et l’unité dans leur variété, et leur mutuelle affinité dans la diversité. On ne peut s’imaginer combien la philosophie scolastique, sagement enseignée, apporterait à ces recherches de force, de lumière et de secours... (Léon XIII, encyclique Aeterni Patris, 4 août 1879).
Spécial