Encyclopédie

De Christ-Roi
Version du 7 juin 2005 à 09:31 par none (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

"Ce fut enfin la nécessité de cette précaution, qui inspira à d'Alembert le projet de l' Encyclopédie, comme le grand moyen d'éclairer peu à peu le genre humain, & d'écraser l'infame. Il conçut ce projet, Diderot le saisit avec enthousiasme; Voltaire le soutint avec une confiance qui ranima souvent celle de d'Alembert & de Diderot, prêts à succomber l'un et l'autre plus d'une fois sous leur ? (le mot est illisibile. je traduis par: entreprise)" (Augustin Barruel, Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme, 1798, t. I, p. 61).

"[...] La première (ressource) était l'art d'insinuer l'erreur, l'impiété dans les articles où naturellement elle devait le moins être attendue, dans les parties de l'Histoire, de la Physique, même de la Chymie, de la Géographie que l'on aurait cru pouvoir parcourir avec le moins de danger. La seconde (ressource) était l'art des renvois, cet art si précieux, qui consistait après avoir mis sous les yeux du lecteur" (Augustin Barruel, Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme, t. I, p. 64) quelques vérités religieuses, à lui faire sentir qu'il devait chercher d'autres leçons dans des articles d'une toute autre espèce...

"Malgré toutes ces ruses, les personnes zélées pour la religion s'élevèrent avec force contre l'Encyclopédie; le Dauphin se récria sur-tout & obtint pour un temps la suspension de cet ouvrage. Les auteurs essuyèrent les dégoûts à diverses reprises; d'Alembert fatigué semblait y renoncer. Voltaire qui sentait mieux que personne l'importance de ce premier moyen des conjurés, releva leur courage. Loin de se relâcher lui-même, il travaillait, il demandait, il envoyait sans cesse de nouveaux articles... Il exaltait sur-tout l'honneur de la persévérance dans une si belle entreprise (voyez ses lett. années 1755-1756); il les pressait, les conjurait au nom de l'amitié, au nom de la philosophie de vaincre les dégoûts, de ne pas se laisser décourager dans une si belle carrière (voyez ses lett. du 3 septembre 1752 & du 13 novembre 1756, surtout du 8 janvier 1757)" (Augustin Barruel, Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme, 1798, t. I, p. 76).