Connu pour être le défenseur du teilhardisme

De Christ-Roi
Version du 21 juin 2005 à 16:11 par none (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Cette réputation du Cardinal Ratzinger d'être connu pour être le défenseur du teilhardisme, semble confirmée par cette phrase tirée de son livre Voici quel est notre Dieu:

  • "Cela ne signifie pas que nous n'avons rien à apprendre des autres religions. Ou que la règle de ce qui est chrétien est fixée si définitivement que nous ne pourrions plus faire de progrès. L'aventure de la foi chrétienne est toujours nouvelle et son incommensurabilité est mise en valeur précisément par le fait que nous reconnaissions à Dieu ces possibilités" (Joseph Ratzinger, Voici quel est notre Dieu, Le credo du nouveau pape, Plon/Mame, Lonrai 2005, p. 21).

Ici le cardinal Ratzinger semble donc défendre l'hypothèse condamnée par la prop. N° 1 du Syllabus, d'un Dieu sujet à des changements, à des nouveautés, à des évolutions: ce Syllabus ne condamne-t-il pas ces propositions? Je cite:

  • "I. Il n'existe aucun Être divin, suprême, parfait dans sa sagesse et sa providence, qui soit distinct de l'univers, et Dieu est identique à la nature des choses, et par conséquent assujetti aux changements ; Dieu, par cela même, se fait dans l'homme et dans le monde, et tous les êtres sont Dieu et ont la propre substance de Dieu. Dieu est ainsi une seule et même chose avec le monde, et par conséquent l'esprit avec la matière, la nécessité avec la liberté, le vrai avec le faux, le bien avec le mal, et le juste avec l'injuste" (prop. condamnée N° 1 du Syllabus, source: [1].

Se profile ici le modernisme de Teilhard de Chardin et donc semble-t-il malheureusement aussi celui du cardinal Ratzinger.